Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

En Mayenne, première table ronde pour le mouvement "En Marche" d'Emmanuel Macron

dimanche 27 novembre 2016 à 16:16 Par Fabien Burgaud, France Bleu Mayenne

A peine une dizaine de jours après sa création, l'antenne en Mayenne du mouvement "En Marche" tenait une table ronde dimanche à Laval. Durant deux heures de discussion, une vingtaine de personnes étaient présentes face au référent départemental du parti d'Emmanuel Macron.

Aurélien Page, à droite, est le référent départemental du mouvement "En Marche".
Aurélien Page, à droite, est le référent départemental du mouvement "En Marche". © Radio France - Fabien Burgaud

Laval, France

La salle réservée du "Bistrot du Palais" à Laval manquait même de place pour accueillir toutes les chaises. Il y avait là une vingtaine de personnes, de tous âges et de toutes professions, mais surtout des sympathisants du mouvement "En Marche" d'Emmanuel Macron, candidat déclaré à la présidentielle. Parmi eux, des militants du PS, de l'UDI ou encore des citoyens qui ne s'étaient jamais engagés en politique.

Un public aussi hétérogène, c'est une bonne nouvelle pour Aurélien Page, 27 ans et référent département du mouvement : "Faut qu'on sorte du clivage gauche-droite, que l'on instaure plutôt un clivage progressiste-conservateur. Aujourd'hui tout est possible, il ne faut pas avoir peur de la modernité !" s'enthousiasme-t-il. Dans les prochains jours, le mouvement devrait nommer des animateurs locaux dans les grandes villes mayennaises, priorité donnée à Laval, Château-Gontier et Mayenne. Pour l'instant la question du financement n'est pas encore réglée.

Après les présentations de chacun, les discussions ont tourné sur la ruralité, ce que doit être la politique demain ou encore le problème de la désertification médicale. Dans un coin de la pièce, Karine, 45 ans semble emballée, mais il y a un bémol. "Je ne sais toujours pas quelles sont les trois-quatre idées fortes d'Emmanuel Macron. J'en ai besoin pour avancer. Après la démarche est très séduisante et le fait que ce soit participatif comme pendant la réunion, ça me plait ! Ça me donne enfin envie de m'engager", se réjouit-elle.

Emmanuel Macron aux Fêtes Jeanne d'Arc à Orléans - Radio France
Emmanuel Macron aux Fêtes Jeanne d'Arc à Orléans © Radio France - Luc Barre

S'engager oui, mais il ne faut pas faire comme les autres partis. Pour Matthieu, qui a un temps été encarté au MoDem, pas question de participer à la primaire de la gauche en janvier. "C'est le passé, la vieille politique. C'est symptomatique des partis qui vont mal puisque pour être élu, les candidats sont obligés de se livrer une guerre avant de se présenter devant les Français", explique le jeune homme originaire d'Entrammes.

Les Français, justement, à entendre les personnes présentes, ont une image fausse d'Emmanuel Macron, le chef de file du mouvement. Matthieu, militant de la première heure, a dévoré le livre "Révolution" de l'ancien ministre de l’Économie, et veut balayer les caricatures. "On le décrit comme un candidat de la droite, un candidat de la finance mais il n'en est rien ! Il faut lire son livre. Il défend le progressisme, des valeurs de justice et de lutte contre les inégalités, ou encore de réussite économique, raconte celui qui est aussi encarté au PS. Mais je vis très bien cette double appartenance" (rires).

Le mouvement revendique 112 000 adhérents, soit autant de personnes qui ont laissé leur adresse e mail sur le site internet du parti. On connaîtra lundi matin le nombre précis d'adhérents en Mayenne. Prochaine étape nationale, le 10 décembre lors du meeting parisien d'Emmanuel Macron. Plus localement, les indécis ne sortent pas plus avancés de cette table ronde qui s'est résumée à un sondage grandeur nature des opinions de chacun. Les plus convaincus eux veulent investir les marchés mayennais dans les semaines à venir afin d'aider leur champion dans la course à l’Élysée.