Politique

En meeting à Talence, Emmanuel Macron rend hommage à Alain Juppé et drague ses électeurs

Par Damien Gozioso, France Bleu Gironde et France Bleu jeudi 9 mars 2017 à 23:17 Mis à jour le jeudi 9 mars 2017 à 23:28

Il y avait environ 2000 personnes à La Médoquine de Talence pour le meeting d'Emmanuel Macron.
Il y avait environ 2000 personnes à La Médoquine de Talence pour le meeting d'Emmanuel Macron. © Maxppp - Maxppp

Lors de son meeting à Talence jeudi, le candidat du mouvement "En Marche" pour la Présidentielle est revenu sur la décision d'Alain Juppé de ne pas être le "plan B". Emmanuel Macron a ensuite déroulé des mesures susceptibles de convaincre les partisans du maire de Bordeaux de le rejoindre.

Certains ont du patienter de longues minutes avant de pouvoir entrer dans l'Espace Médoquine de Talence ce jeudi soir. La file d'attente occupait une bonne partie de la rue devant la salle vandalisée quelques heures auparavant. Une fois à l'intérieur, ils ont pu écouter Emmanuel Macron prononcer un discours d'une heure environ, sans notes ni prompteur.

La salle applaudit Alain Juppé

En préambule, Emmanuel Macron a rendu hommage à deux maires emblématiques de Bordeaux : Jacques Chaban-Delmas et Alain Juppé. Du premier, le candidat à la présidentielle a rappelé : "il a su porter pendant des années une volonté de renouveau". Du second il a salué "un grand responsable politique français, un maire respecté qui a transformé très profondément sa ville".

Emmanuel Macron est aussi revenu sur le refus catégorique d'Alain Juppé de revenir dans le jeu de la présidentielle : "Reconnaître le besoin qu'a ce pays à la fois de renouvellement et en même temps d'extrême probité, ce n'était pas facile et il l'a fait. Il y a très peu de gens qui sont capables de faire ça. Je voudrais dire ici, sans en rajouter, dire mon estime pour la décision qui a été la sienne et les termes de celle-ci".

"L'optimisme exigeant" de Macron pas sans rappeler "l'identité heureuse" de Juppé

Puis Emmanuel Macron a rappelé les grandes lignes de son programme, l'Europe, la valorisation du travail ou encore la moralisation de la vie politique. Puis il s'est plus longuement attardé sur les thématiques régaliennes, celles indispensables pour convaincre d'une stature présidentielle. Celles aussi qui pourraient convaincre les partisans du maire de Bordeaux de rejoindre le mouvement "En Marche".

Sur la question de la laïcité, Emmanuel Macron a lâché ses coups : "La droite réactionnaire et l’extrême-droite sont en train de conduire notre pays à la guerre civile, c'est une erreur historique". Emmanuel Macron a conclu en appelant à un "optimisme exigeant", en arguant "ce que nous sommes, c'est le mouvement des vrais patriotes, celles et ceux qui portent la France d'aujourd'hui et de demain. Ne cédons rien aux partis de la haine, à celles et ceux qui ont peur du lendemain".

Emmanuel Macron est au coude à coude avec Marine Le Pen, en tête des sondages, pour le premier tour de l'élection présidentielle. - Maxppp
Emmanuel Macron est au coude à coude avec Marine Le Pen, en tête des sondages, pour le premier tour de l'élection présidentielle. © Maxppp - Maxppp