Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

En terrain conquis en Corse, Nicolas Sarkozy dédicace son dernier livre

-
Par , France Bleu RCFM, France Bleu

Un séjour éclair pour ne parler -aux médias en tout cas- que de littérature. L'ancien chef de l'Etat est resté deux jours en Corse, où il a pu une fois de plus mesurer sa popularité, lors de la séance de dédicace de son dernier livre, "Passions".

Nicolas Sarkozy a dédicacé des centaines d'ouvrages à ses fans...parmi lesquels Pierre-Jean Luciani, conseiller Territorial "La Corse Dans la République"
Nicolas Sarkozy a dédicacé des centaines d'ouvrages à ses fans...parmi lesquels Pierre-Jean Luciani, conseiller Territorial "La Corse Dans la République" © Radio France - Olivier Castel

Ajaccio, France

L'espace culturel d'une grande surface de Sarrula è Carcupinu avait commandé 700 livres de plus que son stock n'en demandait, et ils sont partis comme des petits pains. "Passions". Un titre qui sonne bien avec l'ambiance, car en effet, une heure avant l'arrivée de Nicolas Sarkozy depuis la ville, où il a déjeuné avec ses deux fils et ses soutiens locaux les plus fidèles, déjà plus d'une centaine de personnes faisait la queue. 

"Il est déjà en vente depuis quelques temps, mais on a fait une commande spéciale pour l'occasion. Il est un petit peu plus populaire ici que sur le continent...", expliquait Sébastien Gargonne, directeur de l'espace culturel.  

Dans la foule, il y avait des touristes, mais surtout des corses de toute l'île. 

"Il est droit, il a tout, quoi, il est intelligent...aujourd'hui, ce ne sont que des marionnettes que nous avons au pouvoir!" lâche Anna, carbucciaise venue avec une amie. 

Des centaines de personne, corses et touristes,  ont fait la queue pour une signature une accolade ou une photo  - Radio France
Des centaines de personne, corses et touristes, ont fait la queue pour une signature une accolade ou une photo © Radio France - Olivier Castel

"Oh mì, je signe le livre, parle-moi du livre !"

Nicolas Sarkozy a toujours réussi à fédérer les électeurs corses de droite derrière lui, lors des scrutins nationaux, y compris lors de la dernière primaire de la droite et du centre, en 2016, où il avait dépassé les 43% des suffrages exprimés au premier tour (20,7% au niveau national).

Mais il n'est pas venu parler politique, loin s'en faut...Difficile donc de lui arracher ne serait-ce qu'un mot sur la situation politique en Corse, ou même le dialogue entre l'Etat et l'Exécutif nationaliste. 

"Vraiment je suis content d'être ici, c'est une terre que j'ai toujours beaucoup aimé", explique simplement Nicolas Sarkozy.  "J'essaie de me tenir informé de tout ce qui concerne la Corse".

Pas grand-chose de plus concernant le retrait de la vie politique de Marcel Francisci, président démissionnaire de la présidence de la fédération Les Républicains de Corse-Du-Sud en juin dernier, envers lequel il se contente de confirmer -si besoin était- son amitié. 

"Conseillez-vous le président Emmanuel Macron sur la méthode employée avec les nationalistes ? Cette chaleur humaine ne vous donne pas envie de revenir en étant candidat pour un nouveau scrutin?". Ces questions comme d'autres n'auront pour réponse qu'un tour de passe-passe dont ce briscard de la politique française garde toute technique. 

Quel avenir en politique ?

Mais à 64 ans, Nicolas Sarkozy y pense-t-il encore, "et pas seulement en se rasant" ? 

"Je fais partie de ceux qui souhaitent, évidemment, un retour de Nicolas Sarkozy", explique Marcel Francisci, "je n'ai aucune information à vous donner sur ce sujet malheureusement [...]".

"On peut l'espérer, mais ça m'étonnerait. Je pense qu'il a tiré un trait sur la politique", s'avance Pierre-Jean Luciani, conseiller territorial "La Corse Dans la République" et candidat potentiel aux prochaines élections municipales d'Ajaccio. 

L'intéressé ne répondra pas non-plus à cette question. A 64 ans, Nicolas Sarkozy est peut-être encore émoussé par sa défaite à la primaire de la droite et du centre en 2016, depuis laquelle il garde des relations houleuses avec certains de ses cadres ou ex-cadres. Il est aussi de plus en plus inquiet côté justice. Mis en examen dans le dossier dit "des financements libyens" de sa campagne présidentielle de 2012, l'ancien président de la République doit aussi être jugé pour "corruption" et "trafic d'influence" dans l'affaire dite "des écoutes téléphoniques".