Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Élection présidentielle 2022

En visite à la Ste Catherine à Vesoul, Marine Le Pen fait de la Haute-Saône un symbole de sa campagne

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Besançon, France Bleu, France Bleu Belfort-Montbéliard

"La Haute-Saône fait partie des départements en voie de paupérisation qui méritent un rééquilibrage territorial" a estimé Marine Le Pen en visite à Vesoul. La candidate du RN à la prochaine présidentielle s'invite à la Ste Catherine ce jeudi.

 Marine Le Pen ce jeudi 25 novembre 2021lors de son point presse à l'occasion de la Foire de la Sainte-Catherine à Vesoul
Marine Le Pen ce jeudi 25 novembre 2021lors de son point presse à l'occasion de la Foire de la Sainte-Catherine à Vesoul © Radio France - Jean-François Fernandez

Candidate du Rassemblement national à la prochaine, Marine Le Pen s'invite à la Ste Catherine à Vesoul, où 20 à 30.000 personnes sont attendues pour cette foire agricole qui avait été annulée l'an dernier en raison de la crise sanitaire. Elle était ce jeudi matin l'invité de France Bleu Besançon

France Bleu Besançon : pour quelles raisons avez vous choisi de venir  à Vesoul pour cette Sainte-Catherine? 

Marine Le Pen : parce que je veut être la candidate de la lutte contre les fractures françaises, et notamment la fracture territoriale. Je veux être la présidente des territoires. Or, il est incontestable que les territoires ont été totalement abandonnés par un pouvoir qui est très méprisant. Qui n'a d'yeux doux que pour la mondialisation et pour les grandes métropoles. Or, la Haute-Saône, je vous le rappelle, est emblématique de cette France que les études classent dans la diagonale du vide. 

FBB : Pour quelles raisons dites-vous ça ?

Marine Le Pen : Ce sont des départements français en voie de dépeuplement et de paupérisation, des départements qui voient parallèlement la désertion des services publics. Je vous rappelle quand même que la Haute-Saône n'accueille pas une seule autoroute et que les pouvoirs publics voient comme de grandes largesses publiques l'inauguration de petits tronçons de voie rapide. La Haute Saône ne dispose pas sur son territoire d'une seule gare TGV. 

FBB : Le maire de Vesoul, évidemment, n'est pas d'accord. Il dit vous écrit d'ailleurs dans un communiqué : Non, madame Le Pen. La Haute-Saône, Vesoul n'est pas la France des oubliés. Et il cite tout ce qui a été fait, notamment la création d'un centre de contact pour répondre aux fonctionnaires avec un certain nombre d'emplois créés, etc. 

Marine Le Pen : Pardon mais ce maire macroniste, qui essaye de se placer auprès d'Emmanuel Macron depuis des années, ne fait pas illusion. Je vous rappelle que les urgences de Lure ferment maintenant à 20h30. C'est une décision qui est parfaitement choquante pour les habitants du département. Plutôt que de mettre le paquet précisément sur ces territoires qui méritent d'être développés, de faire l'objet d'une attention particulière, on continue à se concentrer sur les grandes métropoles, sur les quartiers difficiles. Eh bien, moi, ce que je veux, c'est un rééquilibrage territorial.

FBB : C'est-à-dire que si vous êtes élue demain, il y a une autoroute en Haute-Saône. 

Marine Le Pen : Oui, je vais faire en sorte que grâce d'ailleurs à la nationalisation des autoroutes, on puisse avoir des investissements qui permettent d'irriguer les territoires parce que ce qu'il faut, c'est donner des objectifs économiques à ces territoires. Ce que je sais, c'est que les habitants, ils adorent leur territoire. Ils l'aiment, ils veulent y vivre, mais encore faut-il qu'ils puissent y travailler plus longtemps. Parce que vous comprenez bien que la conséquence de la désertification, c'est l'effondrement de la valeur travail.

FBB : Justement à Vesoul on trouve l'usine de Stellantis, le groupe a fait le choix de rapatrier des salariés d'usines italiennes pour venir faire travailler à Vesoul des centaines d'intérimaires. C'est une pratique qui vous choque ?

Marine Le Pen : Évidemment, c'est extrêmement choquant, mais en réalité c'est ce qu'encouragent nos dirigeants depuis des années, à savoir les délocalisations. Dire qu'en réalité, on licencie les intérimaires pour pouvoir embaucher des salariés italiens, c'est une délocalisation sur place. 300 intérimaires français ont été remerciés du jour au lendemain, quand même. C'est ce que j'appelle les délocalisations sur place. Et c'est exactement le même phénomène que le travail détaché. 

FBB : Et pour ce type de pratique, qu'est ce que vous feriez si vous étiez élue ? 

Marine Le Pen : Encore une fois, le problème, c'est l'impulsion que donne la direction politique d'un pays. Est ce que l'objectif principal de nos dirigeants, c'est de faire travailler des Français? Ou est ce que c'est d'offrir de la main d'oeuvre à bas coût aux entreprises qui vont évidemment se précipiter sur cette possibilité ? Moi, je pense qu'il faut donner la priorité nationale à l'emploi. Ça veut dire qu'il faut que lorsqu'il y a des emplois, ce sont prioritairement les Français qui puissent en bénéficier plutôt que de faire appel à de la main d'œuvre étrangère dont on sait très bien qu'on l'a fait venir parce qu'elle accepte de travailler à des coûts qui sont inférieurs. C'est toute une vision politique que je porte, une vision, encore une fois, de priorité nationale.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess