Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Près de Toulouse, le ministre des Collectivités territoriales en opération séduction auprès des maires agressés

-
Par , France Bleu Occitanie

Sébastien Lecornu, ministre des Collectivités territoriales est venu ce vendredi à Saubens, au sud de Toulouse, pour soutenir Jean-Marc Bergia, le maire de la commune récemment agressé. Il promet des aides concrètes pour les élus. Mais il se défend d'avoir les élections municipales en tête.

Sébastien Lecornu (à gauche) est venu soutenir le maire de Saubens, Jean-Marc Bergia (à droite)
Sébastien Lecornu (à gauche) est venu soutenir le maire de Saubens, Jean-Marc Bergia (à droite) © Radio France - Clémence Fulleda

Saubens - France

Il est arrivé tout sourire, en insistant sur sa qualité d'"ancien maire" de Vernon (Eure).
Sébastien Lecornu, ministre chargé des Collectivités territoriales, était en visite à Saubens, au sud de Toulouse, en Haute-Garonne ce vendredi 30 août.

Deux heures d'échange 

Il a échangé pendant près d'une heure dans le bureau du maire, Jean-Marc Bergia, récemment agressé par des gens du voyage, avant de répondre aux questions des élus municipaux. La députée LREM Sandrine Mörch, le sénateur socialiste Claude Raynal, le président du département de Haute-Garonne Georges Méric étaient également présents.

Le ministre a promis d'aider financièrement les élus agressés ou menacés pour les procédures juridiques (en clair l'Etat financera les frais d'avocat) mais aussi pour un accompagnement psychologique.  Une mesure soufflée par Jean-Marc Bergia, qui est un professionnel de la santé.

"Il y a eu 150 maires ou adjoints agressés physiquement l'an dernier", rappelle Sébastien Lecornu.

"Briser la loi du silence"

Le ministre a enjoint les élus à parler, à déposer plainte, "à ne rien laisser passer", soulignant qu'il y a, après de telles agressions, "95% de réponse pénale". Pour cela, les procédures avec la gendarmerie notamment, seront simplifiées.

Par ailleurs, il aimerait que les maires puissent mettre des amendes administratives qui pourraient aller jusqu'à 500 euros. Un outil normalement dévolu aux préfets. Il souhaiterait d'ailleurs que les élus aient un référent en préfecture pour les aider au quotidien. 

Le retour sur tout le territoire du garde champêtre ? 

Sébastien Lecornu imagine aussi des polices intercommunales, sans employer ce terme. 

"Il faut ré-imaginer le garde champêtre. Jusqu'à il y a 30 ou 40 ans, le maire d'une petite commune pouvait compter sur un agent assermenté, parfois armé. Il est clair que les moyens financiers ne sont plus les mêmes, il faut imaginer des solutions de mutualisation, quelque chose de nouveau adapté au milieu rural," dit-il.

Les élus rencontrés par France Bleu Occitanie se posent tous la même question : Quid du financement ?!
Jean-Marc Bergia, qui fera partie du groupe travail qui se réunira le 12 septembre à Paris, ajoute : "La place de la fonction régalienne de l'Etat doit être renforcée." 

Le ministre se défend d'être en opération séduction

Mais alors que les élections municipales approchent à grands pas (elles se dérouleront en mars 2020), Sébastien Lecornu se défend d'être en opération séduction et s'agace face aux journalistes : 

" On est surtout six mois après la fin du grand débat. Si j'avais fait le déplacement il y a un an et demi, vous auriez dit que le gouvernement ne comprenait rien au territoire. Personne ne peut considérer, après le grand débat, que le Président ne connaît pas le terrain. Ce qu'on fait, ça s'appelle la République ! Le maire de Saubens a été élu sur une étiquette politique (divers gauche) différente de la mienne, mais il y a beaucoup de choses qui nous rassemblent." —Sébastien Lecornu, ministre chargé des Collectivités territoriales.

Choix de la station

France Bleu