Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Engagement et proximité : les attentes des maires de l'Eure

-
Par , France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Des élus agressés dans le cadre de leur mandat on été reçus par Sébastien Lecornu jeudi 12 septembre. Le ministre des Collectivités territoriales leur a réaffirmé le soutien de l’État à leurs côtés alors que le gouvernement prépare une loi pour mieux reconnaître le travail des maires.

Les maires attendent une meilleure reconnaissance de leur fonction
Les maires attendent une meilleure reconnaissance de leur fonction © Radio France - Laurent Philippot

Eure, France

On peut dire que tout est parti de l'Eure, de Grand Bourgtheroulde. Le 15 janvier dernier, Emmanuel Macron y lançait le Grand débat. Lors de cette rencontre marathon, les maires ont fait part au chef de l'État de mépris, de lien rompu, d'un sentiment de dévalorisation, en pleine "affaire" #BalanceTonMaire.  Le gouvernement répond avec ce projet de loi Engagement et Proximité qui vise à donner une meilleure reconnaissance de l'engagement des élus locaux. "Une bonne chose" pour Jean-Paul Legendre, mais le maire d'Iville et président de l'association des maires et des élus de l'Eure prévient "la reconquête de la reconsidération et des compétences à donner aux communes ne fait que commencer". Même son de cloche pour la présidente de l'association des maires ruraux de l'Eure : _"c'est une bonne chose"_souligne Laurance Bussière, "mais elle attend de voir si la loi répondra à ses attentes.

On est au bout de deux décennies et détricotage et de préparation des funérailles des libertés locales" - Jean-Paul Legendre, président des maires de l'Eure

"La fonction est devenue extrêmement prenante" explique Jean-Paul Legendre, "notamment avec l'intercommunalité, qui génère beaucoup de réunions". D'où cette idée, dans le projet de loi, de concilier vie personnelle et professionnelle et engagement local. Demain, une fois la loi adoptée, les élus pourront se faire rembourser les frais de garde de leur(s) enfant(s) lorsqu'ils assistent à des conseils municipaux. Une mesure qui ne convainc pas Laurance Bussière, "c'est peut-être bien pour des gens qui habitent à la ville, mais à la campagne, des nounous , il n'y en a pas" explique la maire de Daubeuf-la-Campagne. Jean-Paul Legendre, lui acquiesce à la proposition "les frais de garde, c'est bien, tout comme le remboursement des frais de déplacement"

Sébastien Lecornu, le ministre des collectivités territoriales qui porte le projet de loi Engagement et Proximité met toute son énergie pour convaincre, expliquer et labourer le terrain. L'ancien maire de Vernon (futur ?) et ancien président du conseil départemental de l'Eure a reçu jeudi 12 septembre 10 maires ou adjoints victimes d'agressions au cours de leur mandat : "vous n'êtes plus seuls" leur a assuré le ministre. 

Une meilleure indemnisation des maires ? 

La revalorisation des indemnités des maires est prévue dans le projet de loi pour les communes de moins de 3.500 habitants, mais "c'est un peu de la comm' pour les prochaines élections" souffle Laurance Bussière, "ce n'est pas ce qu'on a demandé lors du Grand débat". Un avis partagé par Jean-Paul Legendre qui a assisté cette semaine à un comité directeur de l'Association des Maires de France : "nous ne sommes pas demandeurs". L'élu eurois préfère"une prise en compte du travail de maire pour la retraite", car "beaucoup d'élus sacrifient une partie de leur situation" pour exercer leur mandat. 

Augmenter les indemnités, c'est beau, mais si on n'a pas de dotations, on ne pourra pas les payer" - Laurance Bussière, maire de Daubeuf-la-Campagne

Laurance Bussière n'attend rien de ce projet de loi, si ce n'est qu'on lui fiche la paix. Elle aimerait bien tout de même, en plus de moyens financiers, un peu plus de pouvoir, car dit-elle, "on nous assomme de choses à mettre en place sans arrêt" et déplore le manque d'aides pour mettre en application la loi, "heureusement qu'on a de super secrétaires de mairie !"

Les 12 mesures phare du projet de loi Engagement et Proximité

  • Réussir à concilier vie personnelle et professionnelle et engagement local
  • Permettre aux élus de se former dès le premier jour de leur mandat
  • Rétribuer à son juste niveau l’engagement des maires, notamment dans les zones rurales
  • Assurer à l’élu une défense quand sa responsabilité est engagée
  • Remettre le maire au cœur de l’intercommunalité
  • Choisir son intercommunalité, plutôt que la subir
  • Sécuriser le maire dans ses décisions face à la complexité des normes
  • Remettre de la souplesse dans la répartition des compétences entre la commune et l’intercommunalité  
  • Donner les moyens au maire de faire respecter ses décisions
  • Rénover le patrimoine local en péril dans les petites communes
  • Renforcer la solidarité entre les territoires en cas de catastrophe naturelle
  • Alléger les procédures pour les commandes publiques en relevant les seuils des marchés publics

Lundi 9 septembre, la commission des lois de l'Assemblée nationale a désigné Bruno Questel, député de l'Eure (LaREM), rapporteur du projet de loi Engagement et Proximité. Le gouvernement espère une adoption du texte avant la fin de l'année. 

Choix de la station

France Bleu