Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Eric Alauzet fait partie des 9 députés En Marche ayant voté contre le CETA à l'Assemblée nationale

-
Par , France Bleu Besançon

229 députés En Marche ont voté en faveur du CETA, ce traité controversé de libre-échange avec le Canada. La ratification de ce traité a été approuvée par 266 voix à l'Assemblée nationale. 9 députés En Marche ont voté contre, parmi eux le député du Doubs Eric Alauzet.

9 députés En Marche ont voté contre le CETA.
9 députés En Marche ont voté contre le CETA. © Maxppp - Christophe Morin

Besançon, France

Eric Alauzet fait partie des 9 députés de la majorité à avoir voté contre la ratification du CETA hier à l'Assemblée nationale. Ce traité controversé de libre-échange avec le Canada a été adopté par l'Assemblée nationale par 266 voix, 213 contre et 74 abstentions. Sur les députés En Marche, 229 ont approuvé la ratification de ce traité. 

Le député du Doubs Eric Alauzet a voté contre, "la logique de fond, qui détermine encore nos relations internationales, ne permet pas de répondre aux enjeux actuels, au premier rang desquels le climat et la biodiversité", écrit-t-il sur sa page Facebook. 

L'agriculture française en danger ?

"Cet accord soulève des inquiétudes légitimes, partagées par une grande partie de la population, tant pour le climat, notre santé, notre agriculture, notre bien commun", rappelle Eric Alauzet. 

Les principaux syndicats agricoles s'opposent en effet à ce traité qui ouvrirait selon eux la voie à une concurrence déloyale et la disparition de l'élevage français. L'autre crainte concerne un abaissement des normes sanitaires qui pourrait résulter de la ratification de ce traité.