Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique
Dossier : Attaque à la préfecture de police de Paris

Éric Ciotti demande la démission de Christophe Castaner après l'attaque de la préfecture de police à Paris

-
Par , France Bleu Azur, France Bleu

Éric Ciotti demande la démission de Christophe Castaner et l'ouverture d'une commission d'enquête parlementaire après l'attaque de la préfecture de police à Paris qui a fait quatre morts jeudi. Le député des Alpes-Maritimes estime qu'il y a eu des dysfonctionnements.

Eric Ciotti, député des Alpes-Maritimes à l'Assemblée nationale
Eric Ciotti, député des Alpes-Maritimes à l'Assemblée nationale © Maxppp -

Nice, France

"On sent un immense amateurisme dans cette affaire." Éric Ciotti réclame la démission du ministre de l'Intérieur Christophe Castaner et l'ouverture d'une commission d'enquête parlementaire après l'attaque de la préfecture de police de Paris, jeudi 3 octobre. Le député des Alpes-Maritimes estime que la vérité a été cachée sur les motivations de l'agresseur, Mickaël H. . Cet agent administratif de 45 ans en charge de la maintenance des ordinateurs au sein même de la préfecture de police de la capitale avait accès à des informations sensibles et disposait d'une habilitation secret défense. 

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner avait d'abord affirmé, peu de temps après l'attaque, que l'assaillant n'avait "jamais présenté de difficulté comportementale". Mais le parquet antiterroriste de Paris s'est finalement saisi de l'enquête. Jean-François Ricard, procureur antiterroriste, indique même que l'auteur "aurait adhéré à une vision radicale de l'islam" et qu'il était en contact avec des individus de la "mouvance islamiste salafiste".

"Aujourd'hui je pense que la place de Christophe Castaner n'est plus au ministère de l'Intérieur. Pour moi il a perdu toute crédibilité dans cette affaire", affirme Éric Ciotti. D'autres élus de droite comme Guillaume Larrivé, François-Xavier Bellamy ou encore Bruno Retailleau demandent également la démission du ministre de l'Intérieur.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu