Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Affaire Ferrand : pour Eric Halphen, candidat REM, "il aurait été souhaitable qu'il en tire les conséquences lui-même"

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Normandie (Calvados - Orne), France Bleu

Eric Halphen (REM) et Laurence Dumont (PS) ont débattu sur la campagne des législatives dans la 2e circonscription du Calvados sur France Bleu Normandie. Interrogé sur la moralisation politique, l'ancien magistrat Eric Halphen a estimé que Richard Ferrand aurait dû "en tirer les conséquences."

Eric Halphen à la sortie des studios de France Bleu Normandie
Eric Halphen à la sortie des studios de France Bleu Normandie © Radio France - Olivier Duc

Caen, France

Interrogé sur la moralisation politique, l'ancien juge anti-corruption Eric Halphen a exprimé son opinion concernant les affaires Bayrou et Ferrand. Le candidat de la République en Marche sur la 2e circonscription du Calvados a d'abord rappelé son engagement sur le sujet.

"Mon grand rêve serait d'être le rapporteur de cette loi en tant que député à l'Assemblée Nationale"

"La moralisation de la vie politique est mon combat depuis 15 ans. J'ai crée l'association ANTICOR avec quatre ou cinq autres personnes. On a un certain nombre de propositions qui se retrouvent en partie dans le projet de loi Bayrou. J'essaierai d'aller encore plus loin si j'ai la chance d'être élu député. Mon grand rêve serait d'être le rapporteur de cette loi en tant que député à l'assemblée nationale. Il a ensuite estimé que Richard Ferrand, mis en cause dans l'affaire des Mutuelles de Bretagne, aurait dû de lui même "en tirer les conséquences."

"Il aurait été souhaitable qu'il en tire les conséquences lui-même."

"En ce qui concerne les affaires Ferrand et Bayrou, je ne vous cache pas que j'ai été troublé. Je pense qu'à partir du moment où il y a une suspicion pour un ministre - là je parle plus pour Ferrand - il aurait été souhaitable qu'il en tire les conséquences lui-même."

"Pour ce qui est de Bayrou, il y a une enquête judiciaire en cours de la même façon que pour Ferrand. Je note au passage que c'est une preuve d'indépendance et de respect d'indépendance de la justice quand on est garde des sceaux de ne pas empêcher le procureur de la République d'ouvrir une enquête sur son propre parti. Je ne vois pas pourquoi Bayrou ne resterait pas au gouvernement."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu