Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : Éric Piolle, maire de Grenoble (EELV), fustige les incohérences d'Emmanuel Macron en matière d'écologie

mercredi 21 novembre 2018 à 9:23 Par Nicolas Crozel, France Bleu Isère

Le maire écologiste de Grenoble Eric Piolle livre sur France Bleu Isère son sentiment à propos du mouvement des "gilets jaunes" et dénonce une politique "incohérente" du gouvernement en matière d'écologie, un "piège pour les citoyens" selon lui.

Eric Piolle, maire Europe Ecologie-les Verts de Grenoble
Eric Piolle, maire Europe Ecologie-les Verts de Grenoble © Radio France - Antoine Loistron

Grenoble

"Le message envoyé par les gilets jaunes est celui d'une colère face ce qui ressemble à un piège" voilà comment Éric Piolle, le maire (EELV) de Grenoble, "regarde, observe, en sortant des postures" ce mouvement venu de la base, qui a officiellement refusé toute récupération politique et syndicale. 

Eric Piolle invité de France Bleu Isère

"D'un côté il y a la fiscalité sur le diesel, et on sait qu'on a besoin de sortir du diesel, que c'est une nécessité environnementale mais aussi sociale. Et de l'autre, on a un gouvernement qui présente en héros Carlos Goshn, le PDG de Renault Nissan, qui gagne des millions d'euros. Un gouvernement qui baisse l’impôt sur la fortune. La France qui gagne c'est en fait 1% des français. Quand les cyniques larguent les amarres, tous les autres ne veulent pas ramer pour eux" rajoute, un brin poète, le maire de Grenoble.

"La France qui gagned'Emmanuel Macron, c'est 1% des Français"

"Quand on casse la SNCF, quand on supprime les lignes, qu'on réduit les trains, qu'on ferme les services publics dans la France périphérique, on tend un piège aux français" estime par ailleurs Éric Piolle. "Qui a vendu du diesel ? Qui a triché sur les émissions de polluants de ses voitures neuves ?" 

Alors ce ne sont pas les propriétaires de voitures diesel qu'il faut culpabiliser selon lui, "il faut au contraire les accompagner vers le monde de demain" analyse-t-il, en citant toute les mesures mises en place à Grenoble mais qui ne trouvent pas d'équivalent dans les campagnes.  On comprend alors, même s'il ne le dit pas clairement, que sur la question de la fiscalité de l'essence, Éric Piolle donne raison au gouvernement de ne pas céder à la colère. 

"La force de la politique, c'est d'accompagner les citoyens"

Le maire de Grenoble rappelle, par exemple, que la métropole grenobloise développe un projet de "RER à la grenobloise", en plus du réseau de trams et de bus existant avec un système de tarification sociale.  

Éric Piolle cite également en exemple son projet de voie réservée au covoiturage sur une partie du contournement de la ville. Il évoque également les aides aux professionnels, avec une prime jusqu'à 10 000 euros pour changer de voiture, le doublement de la prime pour changer de chaudière, etc...

"Les métropoles", rappelle-t-il, "absorbent les ressources naturelles des zones rurales et rejettent des déchets. Or les habitants de ces zones dans lesquelles ont a plaisir à aller,  ne doivent pas être uniquement là pour se faire ponctionner leurs ressources et récupérer nos déchets. C'est là, conclut-il toute l'incohérence de la politique du gouvernement actuel."