Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Éric Piolle, maire de Grenoble : "Il faut aller au bout du débat" sur la dépénalisation du cannabis

lundi 28 août 2017 à 8:47 Par Lionel Cariou, France Bleu Isère

Éric Piolle, le maire de Grenoble, a fait sa rentrée politique ce lundi au micro de France Bleu Isère. Avec lui nous sommes revenus sur les événements marquants de l'été.

Éric Piolle, le maire de Grenoble
Éric Piolle, le maire de Grenoble © AFP - JEAN-PIERRE CLATOT

Grenoble, France

Le trafic de drogue

C'était à la fin du mois de juillet, en plein coeur de l'été. Le procureur de la République Jean-Yves Coquillat, interrogé par un journaliste du Progrès, parlait de Grenoble comme une ville "pourrie" par le trafic de stupéfiants. "C'est effectivement ce que l'on sait de la ville depuis déjà 30 ans", a réagi ce matin le maire Eric Piolle.

"Cela montre l'échec de nos politiques en matière de lutte contre la drogue, à la fois en terme de prévention, de santé publique, de sécurité (...) et pour les habitants qui sont soumis à la privatisation de l'espace public."

L'interview d'Eric Piolle, en direct ce lundi matin sur France Bleu Isère

Quant à l'opportunité de dépénaliser le cannabis, Eric Piolle affirme la nécessité d'aller "jusqu'au bout de ce débat".

"Aujourd'hui 20 % des Américains ont accès au cannabis de façon légale parce que les Américains se sont rendus compte que leur lutte mondiale contre le trafic de drogue était un échec complet."

En France, poursuit le maire de Grenoblie, c'est aux députés de se saisir de cette question.

L'attribution des terrasses

L'été a aussi été marqué par la grogne de certains restaurateurs au sujet de l'attribution des terrasses. L'un d'entre eux, Pierre Pavy, pourtant réputé proche de la majorité actuelle, est monté au créneau publiquement. Eric Piolle a rejeté l'accusation des "deux poids deux mesures" dans l'attribution des terrasses.

"Nous avons réouvert la possibilité d'avoir des terrasses, non pas pour les bars en nocturne parce qu'il y en a déjà beaucoup à Grenoble mais plutôt pour des restaurateurs. Ça anime le centre-ville, mais pour cela il faut tout de même remplir les documents administratifs !"

La rentrée scolaire

Après avoir assuré que les élèves de l'école du jardin de ville, dont les locaux ont été vandalisés la semaine dernière, feront leur rentrée normalement lundi prochain, le maire de Grenoble est revenu sur les chiffres.

"Il n'y jamais eu autant d'enfants à Grenoble : 13 300. On va ouvrir entre 7 et 10 classes cette année ; nous en avons déjà ouvert 30 depuis le début de notre mandat" (2014, ndlr).

Quant à la possibilité laissée cette année par le gouvernement de revenir à la semaine de 4 jours, il faudra prendre le temps du débat avant d'arrêter une décision. Eric Piolle rappelle que la ville avait organisé une votation au moment de la réforme des rythmes scolaires.

"Nous allons continuer ce travail collectif pour l'organisation de l'avenir de nos enfants, c'est la chose la plus importante."

Europe Ecologie Les Verts

Sur la question de l'avenir du parti Europe Écologie-Les Verts (EELV) qui tenait ses journées d'été ce week-end à Dunkerque et qui se trouve en difficulté financière, Eric Piolle a développé l'idée d'une "majorité culturelle".

"Il y a aujorud'hui un espace à reconstruire. Il y a une majorité culturelle qui ne s'est pas exprimée lors de la présidentielle parce qu'elle n'a pas eu la configuration politique pour le faire (...). Donc il y a à travailler sur cet espace-là."