Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le printemps isérois : la gauche "réconciliée" pour tenter de battre la droite aux prochaines départementales

-
Par , France Bleu Isère

Ce week-end de Pâques, toutes les formations politiques de gauche ont annoncé leur accord pour participer au "printemps isérois" destiné à battre la majorité de droite aux prochaines élections départementales. Un accord salué par Erwann Binet, co-président du groupe socialiste au Département.

Erwann Binet, co-président du groupe socialiste au Conseil départemental de l'Isère
Erwann Binet, co-président du groupe socialiste au Conseil départemental de l'Isère © Radio France - Benjamin Bourgine

Erwann Binet, conseiller départemental de Vienne-Nord et co-président du groupe socialiste au conseil départemental de l'Isère était l'invité de France Bleu Isère ce mercredi matin. Pour évoquer le "printemps isérois" officialisé pendant le week-end de Pâques par toutes les formations de gauche du département et dont le but est de battre la droite aux prochaines élections départementales de juin prochain. 

Nicolas Crozel : Dans ce long weekend de Pâques, il y a donc eu un "miracle" autre que celui auquel croient les catholiques, c'est l'accord, en Isère, de toutes les gauches pour les prochaines départementales, pour former le "printemps isérois", des candidats communs partout ? 

Erwann Binet : Je ne sais pas si c'est un miracle. On le verra à l'issue de la campagne électorale, mais c'est une excellente nouvelle ! Je me rappelle avoir rappelé il y a quelques mois sur votre antenne le score que nous avons fait aux dernières départementales de 2015, où nous avions devancé la droite de 50.000 voix. Mais parce que nous étions divisés, nous avions laissé ce département à nos adversaires. Mais nous apprenons de nos erreurs, et c'est une bonne nouvelle que tous les partis de gauche, toutes les formations sans exception soient réunis aujourd'hui autour d'un projet pour contrer la droite dans ce département. 

Un accord qui va des sociaux-démocrates jusqu'aux Insoumis : les gauches irréconciliables au plan national sont donc réconciliables quand on évoque la politique locale ?

Peut-être qu'on a été la gauche la plus bête de France un moment donné, on est peut-être arrivé à la plus intelligente ! Je n'en sais rien. Je n'ai d'ailleurs jamais été d'accord avec cette sortie de l'ancien premier ministre (Manuel Valls en octobre 2016 à propos des divisions de la gauche avant la présidentielle de 2017, NDLR). Je pense sérieusement que nous avons plus de valeurs en commun que d'éléments qui nous divisent. Nous ne sommes pas d'accord sur tout, sinon nous serions tous dans le même mouvement. Mais en même temps, à gauche, on a toujours cru que le meilleur, l'intérêt général, naît parfois de l'affrontement, de discussions entre nous. Et pas, comme on peut le voir, d'un alignement à droite derrière un seul homme. 

Dans tout mariage, il y a de petits couacs. La personnalité de l'ancien président socialiste du département André Vallini crispe les Insoumis. Est-ce qu'il sera le candidat du printemps isérois dans son canton de Tullins ?

Nous révélerons la liste de tous les candidats dans les prochains jours, dans les prochaines semaines. Nous avons deux ou trois cantons sur les 29 cantons, c'est vraiment à la marge, où les formations de gauche ne sont pas forcément d'accord sur les candidats. C'est le cas du canton de Tullins. Nous le savons depuis le début, les Insoumis l'avait dit d'entrée de jeu. Néanmoins, André Vallini est bien implanté, respecté. C'est un ancien président qui avait fait gagner la gauche, qui a mené une politique de gauche dans le département. Il aurait été totalement anormal qu'il ne soit pas présent dans cette campagne. 

Donc on a compris qu'il sera là ! L'étape d'après, Erwann Binet, si vous gagnez les élections, ce sera de prendre les rênes de ce département. Qui pour incarner l'alternance ? Qui sera l'adversaire de Jean-Pierre Barbier ? 

Ce n'est pas la question dans laquelle nous souhaitons tomber, ce n'est pas du tout le sujet ! Les conseillers départementaux de gauche de la future majorité éliront le futur président, ou la future présidente du département. Nous voulons jouer aujourd'hui totalement collectif. 

J'entends bien, mais vos électeurs  ont le droit de savoir pour quel président ils votent !

Ils votent pour un projet, ils votent pour un collectif ! Nous serons en mesure avec les candidats que nous vous annoncerons dans les jours qui viennent de former un exécutif extrêmement solide. Mais ce qui compte pour nous, c'est le collectif. Votre question me conduit à en être d'autant plus persuadé. On a deux mois de campagne, nous voulons mettre en avant le programme, pas les personnes. 

Est-ce que vous me le direz avant le 1er tour quand même ?

Je ne pense pas. Parce que la campagne va être courte. Et ce que nous souhaitons démontrer, c'est que notre programme sera meilleur que ce qui a été développé par la droite pendant ces six dernières années. Je pense vraiment que l'identité du futur ou de la future présidente n'est qu'accessoire. On l'a vu pendant ces six dernières années. La personnalité de Jean-Pierre Barbier n'a pas fait des étincelles dans ce département alors que toute la campagne est portée par sa seule personnalité. Nous ne voulons pas tomber dans ce piège à gauche. Les conseillers départementaux de gauche du printemps isérois quand ils sont élus se réuniront et ils éliront en leur sein leur premier prochain président ou la première présidente. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess