Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'association La Boîte Sans Projet à Amiens menacée par un rapport commandé par le ministre de l'Education

-
Par , France Bleu Picardie

Suite aux débats houleux entre la secrétaire d'Etat chargée de la Jeunesse et de l'Engagement et de jeunes élèves il y a cinq mois, à Poitiers; l'association amiénoise La Boîte Sans Projet qui a co-organisé le débat autour de la laïcité appelle au dialogue ce vendredi, lors d'une manifestation.

Les manifestants ont signé des cartes postales destinées à la secrétaire d'Etat chargée de la jeunesse et de l'Engagement, appelant au dialogue, 5 mois après les débats à Poitiers.
Les manifestants ont signé des cartes postales destinées à la secrétaire d'Etat chargée de la jeunesse et de l'Engagement, appelant au dialogue, 5 mois après les débats à Poitiers. - Romain Ladent

L'association amiénoise qui forme à l'animation et organise des activités autour de l'éducation populaire a appelé ses soutiens à se réunir à 12h30 devant la Poste centrale d'Amiens ce vendredi. Une cinquantaine de manifestants se sont mobilisés en musique pour remplir des cartes postale invitant la secrétaire d'Etat à dialoguer sur les questions relatives à la laïcité. Un principe dont le gouvernement fait son cheval de bataille depuis le début du quinquennat d'Emmanuel Macron et qui a animé des débats houleux en octobre dernier, à Poitiers, lors d'une rencontre entre Sarah El Haïry et de jeunes élèves. 

La boîte Sans Projet visée par un rapport 

La secrétaire d'Etat dénonce des atteintes à la laïcité lors de ce débat notamment lorsque des élèves ont refusé de chanter La Marseillaise. Elle en a fait part au ministre de l'Education. L'Inspection générale de l’éducation, du sport et de la recherche a donc rendu un rapport en février dans lequel elle pointe du doigt la Fédération des centres sociaux et socioculturels de France (FCSF) et l’association La Boîte Sans Projet qui a co-organisé cet échange.

Le rapport affirme que "si cette association semble avoir des compétences pour animer des débats entre jeunes, elle n’a aucune expertise sur le thème des religions" et qu'elle n'est pas neutre. Le document remis à Sarah El Haïry constate que "le champ des échanges a été réduit aux discriminations", à la suite des propositions des jeunes lors des échanges comme de porter des signes de croyance à partir du lycée, d'avoir des cours sur les religions à l’école, etc.

Un agrément en péril

Le rapport conclu un réexamen de son agrément « jeunesse éducation populaire » et par conséquent de ses subventions. Il remet en cause leur habilitation à la formation professionnelle. Selon les responsables de l'association, "ces conclusions menacent le futur de l'association ainsi que les libertés associatives de manière plus globale, dont la loi confortant les principes de la République". Ils appellent au dialogue dans une carte postale à destination de Sarah El Haïry.

Pas un euro d'argent public ne doit aller aux ennemis de la République

Contacté par France Bleu Picardie, la ministre dit ne pas être fermée au dialogue et se justifie sur des propos tenus le 20 mars : "Quand je dis que pas un euro d'argent public ne doit aller aux ennemis de la République, je parle des associations qui pervertissent ce magnifique trésor qu'est la loi de 1901. Je ne fais à aucun moment de lien direct avec La Boîte Sans Projet. Mon action est toujours et sera toujours la protection des enfants et ma responsabilité est de vérifier à qui on confie les enfants et c'est cette vérification qui est demandée à la préfecture de la Somme".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess