Politique

Est-ce que vous vous intéressez à la campagne pour les départementales?

Par Aurélie Locquet, France Bleu Alsace mardi 10 mars 2015 à 10:56

La droite et le centre espèrent faire basculer la Gironde après 36 ans de règne socialiste
La droite et le centre espèrent faire basculer la Gironde après 36 ans de règne socialiste © Fotolia

A moins de 15 jours du premier tour des élections départementales, la campagne officielle a commencé lundi. Vous réagissez...

> Retrouvez les candidats de votre canton dans le Bas-Rhin

> Retrouvez les candidats de votre canton dans le Haut-Rhin

Les distributions de tracts s'accélèrent ces derniers jours. La campagne officielle pour les élections départementales des 22 et 29 mars a débuté lundi. En tout 197 binômes se présentent en Alsace, 197 femmes et 197 hommes pour 80 places d'élus dans les conseils départementaux.

Les règles ont changé pour ces élections: désormais, il faut présenter des binômes, un homme/une femme dans chaque canton, et il y aura donc autant d'hommes que de femmes dans les conseils départementaux alsaciens. Autre changement pour les électeurs: les cantons ont été redécoupés, il faut donc bien vérifier dans quel canton vous votez.

Ces changements risquent d'avoir des répercussions sur la participation à ces élections. Lors des derniers scrutins, l'abstention avait déjà atteint des records, 55% en Alsace en 2011. Il est peu probable que les chiffres s'améliorent cette année. "L'abstention sera forte" , confirme Richard Kleinschmager, politologue, "il ne devrait pas y avoir de miracle en la matière, d'ordinaire ces élections sont connectées à d'autres comme les législatives et les municipales, là ce ne sera pas le cas, elles seront isolées".

L'autre inconnue du scrutin, c'est le résultat du Front national, crédité de 38% au niveau national. "Mais c'est un parti du premier tour" , rapelle Richard Kleinschmager. "Je doute qu'ils entrent en force dans les conseils départementaux alsaciens, d'autant plus qu'ils auront en face d'eux au second tour des adversaires avec une certaine légitimité, des élus connus."

Retrouvez l'interview en intégralité de Richard Kleinschmager, politologue

 

Partager sur :