Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Invasion du Capitole à Washington : une femme est morte, la police reprend le contrôle des bâtiments

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Le Congrès des Etats-Unis a suspendu en urgence ce mercredi une session destinée à certifier la victoire de Joe Biden à la présidentielle, après l'irruption de manifestants pro-Trump dans le Capitole, à Washington. Selon la police, une femme blessée par balle est décédée.

Un manifestant pro-Trump assis dans le bureau de Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants des États-Unis.
Un manifestant pro-Trump assis dans le bureau de Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants des États-Unis. © AFP - SAUL LOEB

Des centaines de manifestants favorables au président Donald Trump ont envahi ce mercredi le Capitole, à Washington, dans un climat insurrectionnel, interrompant la session du Congrès qui devait confirmer la victoire de Joe Biden. Le président sortant, qui refuse de concéder sa défaite, avait appelé ses partisans à défiler à Washington en marge de cette séance protocolaire. 

Des milliers de manifestants avaient envahi un peu plus tôt la colline du Capitole à Washington. Certains d'entre eux ont ensuite fait irruption dans le Capitole, lors des débats de la Chambre des représentants, ont investi les terrasses du Capitole et provoqué l'évacuation des bâtiments du Congrès, après avoir franchi des barricades de sécurité dressées et escaladé les structures installées en vue de la prestation de serment de Joe Biden le 20 janvier. 

Dans une lettre publiée quelques minutes avant l'ouverture de la session du Parlement américain, le vice-président républicain Mike Pence avait expliqué que les "contraintes" de la Constitution ne lui permettaient pas de modifier les résultats du scrutin du 3 novembre, tels que transmis par les Etats, et qu'il ne pourrait pas s'opposer à la certification de la victoire de Joe Biden. Le vice-président répondait ainsi directement à Donald Trump, dont il a été le fidèle lieutenant pendant les quatre dernières années. 

Alors que milliardaire républicain avait choisi de défier le Congrès en réunissant des dizaines de milliers de ses supporteurs à Washington, la manifestation a alors dégénéré. La police a fait usage de gaz lacrymogènes pour tenter d'évacuer des partisans de Donald Trump.

"Les policiers du Capitole ont sorti leurs armes"

Le Sénat et la Chambre des représentants ont interrompu leurs travaux et Mike Pence, chargé de superviser la procédure, a quitté l'enceinte de la chambre haute. "Je viens juste d'évacuer mon bureau à Cannon à cause d'une menace proche. Maintenant, nous voyons des manifestants attaquer la police du Capitole", a tweeté l'élue républicaine à la Chambre des représentants Nancy Mace.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

"Les gardes de sécurité et les policiers du Capitole ont sorti leurs armes tandis que des partisans de Donald Trump tentaient de forcer le passage", a tweeté l'élu Dan Kildee. "On a reçu pour consigne de nous allonger sur le sol et d'enfiler notre masque à gaz", a-t-il ajouté. Du gaz lacrymogène a été utilisé dans la rotonde du Capitole. Les deux chambres, Sénat et Chambre des représentants, ont été placées en confinement. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Une femme est décédée

Une femme blessée par balle dans l'enceinte du Capitole américain est décédée, a déclaré à l'AFP une porte-parole de la police, Alaina Gertz. Le chef de la police de Washington, Robert Contee, a déclaré lors d'une conférence de presse qu'une enquête avait été ouverte, sans livrer aucune information sur les circonstances du drame.

Selon CNN, plusieurs policiers ont été blessés et l'un d'entre eux au moins a dû être hospitalisé. 

Un couvre-feu à Washington

La maire de Washington Muriel Bowser a ordonné un couvre-feu à partir de 18h locales (23h GMT) dans la capitale fédérale. Il qui doit durer jusqu'à jeudi matin 6h locales (11h GMT).

Des militaires de la Garde nationale de l'Etat de Virginie, Etat qui jouxte Washington, se dirigeaient mercredi vers la ville pour tenter de rétablir l'ordre dans la capitale fédérale. Ce déploiement de renforts armés a été annoncé par la Maison Blanche ainsi que par Ralph Northam, le gouverneur démocrate de la Virginie. Un porte-parole du Pentagone a fait savoir que la Garde nationale de Washington, forte de 1.100 soldats, avait été appelée en renfort des forces de l'ordre.

Donald Trump appelle d'abord au calme

Donald Trump a appelé ses partisans à rester pacifiques, sans pour autant leur demander de quitter les lieux. "Soutenez la police du Capitole et les forces de l'ordre. Ils sont du côté de notre pays. Restez pacifiques !", a tweeté M. Trump. "Rappelez vous : nous sommes le parti de la   loi et de l'ordre." 

Dans un discours particulièrement virulent, le locataire de la Maison Blanche avait appelé un peu plus tôt ses sympathisants à se diriger vers le Congrès pour faire pression sur les élus républicains afin qu'ils s'opposent à la certification de la victoire de Joe Biden à la présidentielle. 

Le président sortant a dénoncé plus tôt dans la journée ce qu'il estime être le manque de "courage" de son vice-président Mike Pence, qui a annoncé qu'il ne s'opposerait pas à la certification de la victoire de Biden. "Mike Pence n'a pas eu le courage de faire ce qu'il aurait dû faire pour protéger notre pays et notre constitution", a tweeté le locataire de la Maison Blanche.

Mike Pence, le vice-président républicain, a appelé à la fin des manifestations et demandé à tous ceux impliqués de se retirer du Capitole. 

Joe Biden réagit et dénonce une "insurrection"

Lors d'une allocution au ton graveJoe Biden, le président démocrate élu dont la victoire devait être officialisée ce mercredi, a dénoncé une "agression sans précédent" contre la démocratie. "Je demande au président Trump d'intervenir à la télévision", a-t-il déclaré, pour mettre fin au "chaos" qui s'est emparé de Washington, pour réclamer "la fin du siège" du Capitole et dénoncer cette "insurrection". "Assez", a-t-il tonné. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Donald Trump demande finalement aux manifestants de "rentrer chez eux"

Peu après, Donald Trump a appelé ses partisans à "rentrer chez eux" dans une courte vidéo : "Nous devons avoir la paix. Alors rentrez chez vous", a-t-il déclaré. "Je comprends votre douleur. Je sais que vous êtes blessés", a-t-il ajouté. "Cette élection nous a été volée", a-t-il encore dit, réitérant une nouvelles fois des accusations de fraude ne reposant sur aucun élément concret. 

Le calme revient

Vers 18h (00h en France), les autorités ont indiqué que le Capitole était désormais sécurisé, après un confinement de plusieurs heures. Au moment où le couvre-feu entre en vigueur, le calme revient sur la capitale fédérale.

Des élus américains dénoncent une "tentative de coup d'Etat"

Plusieurs élus du Congrès des Etats-Unis ont dénoncé une tentative de "coup d'Etat" menée par des partisans de Donald Trump, qui sont parvenus à faire irruption dans le Capitole, ces mêmes élus avertissant que cette action était vouée à l'échec. "Nous assistons à une tentative de coup d'Etat encouragée par le criminel de la Maison Blanche. C'est voué à l'échec", a tweeté le représentant démocrate William Pascrell, faisant ainsi référence à Donald Trump. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

"Il ne s'agit pas d'une manifestation. C'est une tentative de coup d'Etat", a de son côté estimé l'élue Diana DeGette, en dénonçant "l'anarchie fomentée par notre propre président". "Le président incite au terrorisme intérieur", a déploré sur Twitter l'élu démocrate du Wisconsin Mark Pocan, évoquant "un triste jour pour l'Amérique".

Des grandes entreprises américaines appellent Trump à "mettre fin au chaos" 

Le lobby Business Roundtable, qui représente les plus grandes entreprises américaines, a appelé mercredi Donald Trump à intervenir pour mettre fin aux violences en cours au Capitole. "Le chaos dans la capitale de la nation est la conséquence d'efforts illégaux pour changer les résultats légitimes d'une élection démocratique. Le pays mérite mieux", a fustigé le groupe. "Business Roundtable appelle le président et les autorités à mettre fin au chaos et à faciliter une transition politique pacifique".

Ce lobby regroupe des fleurons américains allant d'Apple à Boeing en passant par American Express, Best Buy ou Bank of America.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess