Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Etonnant dans le sud Charente-Maritime : le maire n'aurait pas fait passer un électeur dans l'isoloir

mardi 25 mars 2014 à 6:57 Par Stefane Pocher, France Bleu La Rochelle

Un recours déposé, par un candidat de Saint-Bonnet-sur-Gironde, pour dénoncer la méthode

Saint-Bonnet-sur-Gironde,  petit village de 850 habitants du sud Charente-Maritime. Les 15 candidats de la liste du maire sortant, brillamment réélus dès le premier tour.

Sauf qu'un recours a été déposé devant le tribunal administratif par un candidat malheureux.

Ce dernier espère l'annulation du scrutin. Il accuse le maire d'avoir tendu un bulletin de vote à un électeur qui ensuite n'est pas passé par l'isoloir.

Ce qui est formellement interdit. Et ce n'est pas le seul incident repéré par ce candidat,

On m'appelle le procédurier de Saint-Bonnet, reconnaît Thierry Meynieu, candidat indépendant  en conflit ouvert avec la mairie depuis des années. A propos notamment des loyers du bâtiment municipal qui abrite sa supérette, et qu'il refuse de payer faute de travaux.

Un peu gêné le maire Laurent Nivard explique avoir voulu aider un jeune électeur

Laurent Nivard brillamment réélu dimanche avec toute sa liste. Quand Thierry Meynieu lui n'a recueilli que 54 voix. Il en veut aussi au maire d'avoir annoncé qu'il se représentait lors de ses voeux de début d'année. Ce qui là encore est interdit. Il espère verser l'incident au dossier. Et promet qu'il ne s'agit pas de vengeance:

25 ans qu'il nous attaque, soupire le maire de Saint-Bonnet, sans jamais rien gagner. on verra bien cette fois-ci ce que dit le tribunal administratif, conclut Laurent Nivard.

Le juge qui dispose de trois mois pour trancher ce contentieux .