Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Européennes au Pays basque : les Républicains s'effondrent dans leur fief, percée écologiste

-
Par , , France Bleu Pays Basque

Dans les Pyrénées-Atlantiques, la liste "Renaissance" (LREM-MoDem) arrive largement en tête des élections européennes. Au Pays basque, les écologistes sont devant le Rassemblement national, et les Républicains subissent une défaite historique.

Carte d'électeur pour les élections européennes 2019 et carte d'identité
Carte d'électeur pour les élections européennes 2019 et carte d'identité © Radio France - Noémie Bonnin

Pays Basque, France

Si la tectonique des plaques politiques est la même partout, le Pays basque garde malgré tout ses spécificités. Alors que le Rassemblement national sort vainqueur des élections européennes en France, ce n'est pas le cas dans les Pyrénées-Atlantiques, où la liste menée par Nathalie Loiseau arrive largement en tête avec 25,17% des voix.

L'alliance entre le Modem et la République en Marche obtient de très bons scores notamment sur les villes de la côte : près de 30% à Saint-Jean-de-Luz ou Anglet, 33% même à Biarritz, ville du maire Modem Michel Veunac.

La déroute des Républicains

Pour les Républicains, en revanche, c'est la dégringolade. Mis à part Béguios, où le maire Didier Irigoin était candidat sur la liste, ou quelques communes de l'Ostibarret, le parti de Laurent Wauquiez n'obtient que 8 % au niveau départemental, où il est même devancé par la liste de gauche de Raphael Glucksman. La déroute est d'autant plus grande qu'en 2014 la liste UMP menée alors par Michèle Alliot Marie était arrivée en tête au Pays basque et en Béarn avec plus de 19 % des voix.

L'extrême-droite s'enracine au Pays basque

Avec près de 17% des suffrages dans le 64, le Rassemblement national arrive en deuxième position, mais il reste loin derrière la liste LREM-Modem, et surtout bien en dessous de son résultat au niveau national. Malgré tout, il continue à s'implanter petit à petit au Pays basque, et notamment dans le Bas-Adour. 12 communes du Pays basque ont placé le parti de Marine Le Pen en tête : Guiche, Urcuit, Bidache, Etchebar, Uhart-Cize, Suhescun, Etcharry, Aroue, Arrast-Larrebieu, Esterençuby, Lacarre et Hélette.

La surprise écolo

La plus grande percée vient d'Europe Ecologie les Verts, qui devient aussi la première force de gauche dans notre département avec 15,47 % des suffrages recueillis. Au Pays basque, le parti de Yannick Jadot, allié au mouvement Régions et Peuples Solidaires, devance même l'extrême-droite : elle arrive en deuxième position dans toutes les villes de la côte basque, et vire en tête dans une vingtaine de communes de l'Intérieur, dont Mendionde, où le maire Lucien Betbeder était candidat et obtient 33% des voix.

Les résultats, commune par commune, sont à retrouver ici en cliquant sur le département souhaité :

A noter que les Souletins de Lichans-Sunhar sont les seuls à avoir placé en tête la France Insoumise. La commune de Menditte, elle, a voté en majorité pour la liste "Envie d'Europe écologique et sociale", union entre le Parti socialiste et le mouvement de Raphaël Glucksman "Place publique".