Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Politique

Européennes : le Toulousain Salah Amokrane devrait figurer en bonne place sur la liste Génération.s de Benoît Hamon

mardi 29 janvier 2019 à 18:18 Par Stéphanie Mora, France Bleu Occitanie

INDISCRÉTION - Génération.s devrait annoncer les premiers noms de sa liste pour les Européennes 2019 dans les prochains jours. Selon nos informations, l'ancien motivé, Salah Amokrane devrait être en position éligible.

Salah Amokrane a rejoint Génération.s au moment de la campagne présidentielle en 2016.
Salah Amokrane a rejoint Génération.s au moment de la campagne présidentielle en 2016. - Vincent Darmon

Toulouse, France

Un Toulousain en position éligible sur une liste aux Européennes. 

Selon nos informations, la commission électorale de Génération.s qui s'est réunie le week-end dernier devrait placer Salah Amokrane dans les premières places de la liste pour les Européennes 2019. L'ordre précis n'est pas encore connu mais le cofondateur des Motivés au début des années 2000 à Toulouse devrait figurer dans les premiers noms qui devraient être annoncés sous peu par le parti hamoniste.

Ce militant des quartiers (à travers le collectif Tactikollectif) mais aussi d'une gauche alternative, ancien conseiller municipal de Toulouse, a rejoint Benoît Hamon juste avant la campagne présidentielle de 2017. Il avait aussi fait campagne pour EELV dans la deuxième circonscription de Haute-Garonne lors des législatives qui avaient suivi, soutenu alors par Benoît Hamon.