Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Élections européennes : "L'Union est face à un risque existentiel", prévient Emmanuel Macron

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu

Quelques jours avant les élections de ce dimanche 26 mai, la campagne a franchi un nouveau cap avec l'interview du chef d'État dans la presse régionale. Il se dit inquiet d'une percée du Rassemblement national et invite à aller voter.

Dans la presse régionale, Emmanuel Macron fustige les nationalistes "qui veulent diviser" l'Europe.
Dans la presse régionale, Emmanuel Macron fustige les nationalistes "qui veulent diviser" l'Europe. © Maxppp - Julien Mattia / Le Pictorium

France

Un pas de plus dans la campagne des élections européennes pour Emmanuel Macron. L'interview du président de la République accordée à la presse régionale, comme Ouest France et Le Parisien/Aujourd'hui en France, relue par l'Élysée puis publiée ce mardi 21 mai 2019, montre qu'il s'engage encore un peu plus dans la campagne au moment où la liste La République en Marche reste au coude-à-coude avec celle du Rassemblement national de Marine Le Pen. "Allez voter le 26 mai", envoie le chef d'État, sans donner de consigne de vote. Néanmoins, il s'en prend vivement aux nationalistes.

"Une responsabilité devant l'histoire"

"Si je laisse se disloquer l'Europe qui a construit la paix, qui a apporté de la prospérité, j'aurai une responsabilité devant l'histoire", affirme Emmanuel Macron, "je ne peux pas être un spectateur, mais un acteur de cette élection européenne". Le ton est donné sur son engagement dans la campagne. 

Selon lui, l'Europe est face à un risque existentiel. Ses ennemis sont ceux qui ne croient pas en son avenir. "Les nationalistes qui veulent la diviser sont ses premiers ennemis", explique-t-il. Il fustige également "une connivence entre les nationalistes et les intérêts étrangers", sous-entendus ceux de la Russie, notamment. Avant d'ajouter : "Les Russes et quelques autres n'ont jamais été à ce point intrusifs pour financer, aider les partis extrêmes".

Emmanuel Macron pourra-t-il réformer en cas de défaite ?

"Je n'ai pas l'esprit de défaite, j'ai l'esprit de conquête", répond aux neuf journalistes le président. Il affirme : "La France sera d'autant plus forte que nous ferons un bon score".

Il invite à aller voter ce dimanche 26 mai aux européennes. "Quand il y a abstention, c'est un échec pour la démocratie", craint-il, car seuls 40% des Français comptent se rendre aux urnes, d'après un sondage de l'institut Ipsos Sopra-Steria pour Radio France et France Télévisions. Avant d'affirmer : "Décider de ne pas aller voter, c'est décider de donner sa voix à ceux qui ne veulent que détruire".