Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

EXCLU - Jean-Claude Gaudin s'explique sur son refus de financer le concert de la Gay Pride devant la mairie de Marseille

vendredi 6 juillet 2018 à 18:24 Par Thibault Maisonneuve, France Bleu Provence et France Bleu

Les organisateurs de la Gay Pride prévue ce samedi à Marseille déplorent que la ville ne finance pas un concert devant l'hôtel de ville. Le maire de Marseille répond que c'est à l'État de prendre en charge le surcoût lié à la sécurité en raison de la menace attentat.

La Gay Pride en 2017 à Marseille
La Gay Pride en 2017 à Marseille © Maxppp -

Marseille, France

Jean-Claude Gaudin estime ce vendredi pour France Bleu Provence que "ceux qui organisent la fête de la Gay Pride (samedi à Marseille) doivent être traités comme tout le monde". Le maire de Marseille répond ainsi aux critiques des organisateurs de la marche LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transsexuels) qui reproche à la ville de ne pas aider financièrement un concert devant l'hôtel de ville de Marseille. 

"La ville n'est pas un tiroir-caisse" (Jean-Claude Gaudin)

La demande a été faite aux organisateurs d'aller au J4 ce qui représentait "un surcoût de 25.000 euros. Après tous les actes terroristes, on doit prendre des précautions" justifie Jean-Claude Gaudin qui précise que Marseille "a aidé la Gay Pride". "La ville de Marseille ne compte que 450 policiers municipaux quand l'Etat a tout ce qu'il veut de policiers, de gendarmes et de militaires du réseau Sentinelle". 

"Dès qu'il y a une manifestation, nous devons mettre des camions avec des chauffeurs à l'intérieur pour bloquer des rues et ça coûte cher" poursuit Jean-Claude Gaudin. "La ville n'est pas un tiroir-caisse. Nous ne pouvons pas démultiplier les dépenses. J'espère que ceux qui participent à cette manifestation le comprendront" conclut Jean-Claude Gaudin.