Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

EXCLU - La présidente des Bouches-du-Rhône soutient François Fillon, mais "n'a pas besoin d'être première de la classe"

mercredi 22 mars 2017 à 9:58 Par Fanette Hourt, France Bleu Provence

Martine Vassal, la présidente Les Républicains du département des Bouches-du-Rhône, était l'invitée de France Bleu Provence ce mercredi. Elle a réaffirmé son soutien à son candidat, François Fillon, tout en parlant de l'effet désastreux qu'ont les affaires successives sur l'électorat.

Martine Vassal, la présidente Les Républicains du département des Bouches-du-Rhône
Martine Vassal, la présidente Les Républicains du département des Bouches-du-Rhône © Maxppp - Maxppp

Bouches-du-Rhône, France

La présidente Les Républicains du département des Bouches-du-Rhône a réaffirmé que son candidat à l'élection présidentielle était François Fillon, mercredi 22 mars sur France Bleu Provence. Pourtant, contrairement à 46 élus départementaux, dont le Varois Marc Giraud, Martine Vassal n'a pas signé la tribune de soutien au candidat de la droite, publiée le 11 mars dans le Journal du dimanche.

"Je n'ai pas du tout besoin de faire la première de la classe", a répondu Martine Vassal. "J'ai apporté mon soutien dès le lendemain du premier tour de la primaire (...). J'ai soutenu Nicolas Sarkozy qui n'a pas accédé au second tour, et je me suis ralliée immédiatement à François Fillon. Je mène la campagne pour mon parti, pour le candidat que nous avons choisi, donc je n'ai pas besoin d'apporter un soutien supplémentaire."

Elle avoue cependant que le programme pour lequel a été sélectionné François Fillon, "ne peut pas être exprimé, parce qu'à chaque fois que l'on va quelque part, c'est pour parler des affaires. Vivement que ça passe", a soupiré la présidente du conseil départemental des Bouches-du-Rhône.

Des affaires "terribles pour notre démocratie"

Il faut dire que l'affaire Fillon ne cesse de rebondir : le parquet financier a élargi l'enquête à des faits "d'escroquerie aggravée", "faux et usage de faux". Le candidat Les Républicains est en effet soupçonné d'avoir fourni de faux documents à la justice afin de justifier l'emploi de sa femme, Penelope.

Le Canard enchaîné fait aussi de nouvelles révélations dans son édition du 22 mars. En parallèle, le ministre de l'Intérieur, Bruno Leroux, a démissionné pour avoir employé ses filles en CDD à l'Assemblée nationale alors qu'elles étaient lycéennes et étudiantes.

"C'est terrible pour notre démocratie. (...) Ce qui est catastrophique, c'est que ça alimente la thèse du 'tous pourris'", a avoué Martine Vassal. "Aujourd'hui, les gens veulent du travail, il y a des problèmes sociaux énormes. On est en train de leur enlever complètement la possibilité qu'ils ont de s'investir dans l'élection présidentielle. (...) On a eu qu'une journée de fond, c'était le débat."

"Ce qui est catastrophique, c'est que ça alimente la thèse du 'Tous pourris'."

Mais la présidente du département des Bouches-du-Rhône espère malgré tout que "le nouveau président de la République va véritablement changer certaines pratiques qui, aujourd'hui, ne sont plus acceptées par les Français. (...) J'espère que le statut de l'élu va être enfin revu et complètement remis à plat."