Politique

EXCLU | Le rapport qui étrille la gestion de Patrick Balkany à Levallois

Par Sylvain Tronchet, France Bleu 107.1 et France Bleu jeudi 11 février 2016 à 6:09

Patrick Balkany a été élu maire de Levallois en 1983 pour la première fois
Patrick Balkany a été élu maire de Levallois en 1983 pour la première fois © Maxppp - Vincent Isore/IP3 press

France Bleu 107.1 s’est procuré le dernier le rapport de la chambre régionale des comptes sur la gestion de la ville de Levallois. Comptes insincères, dette abyssale, rémunérations irrégulières, marchés opaques... Les magistrats épinglent sérieusement la gestion du maire (LR) Patrick Balkany.

Patrick Balkany a déjà dit publiquement tout le mal qu’il pensait de la chambre régionale des comptes d’Ile-de-France. Le rapport qu’elle s’apprête à rendre public, et que France Bleu 107.1 a pu consulter en avant-première, ne risque pas d’arranger ses relations avec ses magistrats. Tout au long des 192 pages d’observations, ils étrillent la gestion du maire de Levallois (depuis 1983 avec une interruption entre 1995 et 2001). La ville la plus endettée de France (par habitants) est aussi le théâtre de nombreuses irrégularités de gestion. Petit florilège des méthodes comptables levalloisiennes parfois peu orthodoxes.

Un « oubli » de 117 millions d’euros dans les comptes

D’après la chambre, les comptes de Levallois comportent des anomalies significatives sur la période 2007 à 2013. Ils « ne donnaient pas une image fidèle de la situation financière » de la ville. Les exercices 2007, 2011 et 2012, présentés comme équilibrés étaient en réalité déficitaires. Des inscriptions comptables ont conduit la municipalité à « oublier » certaines opérations. Le cumul des « corrections » apportées par la chambre s’élève à près de 117 millions d’euros. Ces comptes administratifs auraient pu être annulés par la justice notent les magistrats qui signalent que la préfecture des Hauts-de-Seine effectuera des contrôles renforcés à l’avenir.

Les rectifications apportées par la CRC aux comptes de Levallois - Radio France
Les rectifications apportées par la CRC aux comptes de Levallois © Radio France

Une dette abyssale

Ce n’est pas une nouveauté, la ville de Levallois détient le record de France de l’endettement par habitant (8344€/hbt en 2014). Mais si Patrick Balkany a toujours prétendu que la capacité de remboursement de la ville était excellente, les juges de la CRC en sont moins convaincus. Levallois a du fortement augmenter ses impôts (+ 10%) en 2015 pour boucler son budget et la chambre évoque des « perspectives incertaines » en raison notamment d’un manque de maîtrise des charges. Par ailleurs, et contrairement à ce qu’a toujours affirmé Patrick Balkany, Levallois avait bien contracté des emprunts toxiques (auprès de Dexia et de la Société Générale) dont la renégociation a coûté plus de 17 millions d’euros à la ville.

Un conseiller « occulte »

Renaud Guillot-Corail est un proche de Patrick Balkany. Il a été directeur du développement économique de Levallois jusqu’en 2012, date de son départ à la retraite, atteint par la limite d’âge. Pourtant, en 2015, l’homme est toujours présent dans l’organigramme de la ville où il possède un bureau juste à côté de celui du maire et bénéficie d’une assistante, fonctionnaire de la commune. Les juges constatent que dans le même temps, une association satellite de la ville a vu son budget significativement augmenter pour atteindre 150 000€, « juste en dessous du seuil légal instaurant l’obligation de certification et de publication des comptes » notent les magistrats pour qui la manœuvre fait peu de doute. Cette association a permis de continuer à salarier cet homme clé du « système Balkany » dont le nom a souvent été cité dans les « affaires africaines » du maire de Levallois qui intéressent aujourd’hui la justice.

Des cadres particulièrement soignés et un bataillon de chauffeurs

Les responsables de l’administration de la ville de Levallois n’ont manifestement pas à se plaindre de leur traitement. Il est, à en croire les juges, généreux à un point qu’il excède les plafonds en vigueur dans bien des domaines. Certains d’entre eux bénéficient de primes et d’heures supplémentaires irrégulières qui peuvent atteindre plusieurs milliers d’euros par mois. Quatre d’entre eux bénéficient d’un logement de fonction, mais touchent dans le même temps une prime spécifique d’astreinte réservée aux personnels… qui ne disposent pas de logement de fonction ! Certains directeurs bénéficient également de véhicules de fonction (qui n’étaient pas déclarés) alors qu’ils n’y ont pas le droit. A noter que la ville de Levallois emploie trois chauffeurs : un pour Patrick Balkany, un pour Isabelle, sa femme et première adjointe, et un pour les autres élus. Un autre employé municipal cumule les fonctions de chauffeur et de garde du corps du maire, fonction plutôt rare dans une commune de 65000 habitants.

Un service communication « bis »

Les 18 salariés de l’association « Levallois communication » ont particulièrement retenu l’attention des juges. Dotée d’un confortable budget de plus de 2 millions d’euros provenant essentiellement de la subvention communale, cette structure est symptomatique d’une spécialité levalloisienne : abriter dans des associations loi 1901 des services travaillant à l’usage exclusif de la ville. Ce qui a entre autres avantages de brouiller les pistes comptables et de rester discret sur leurs destinations réelles. La chambre note que ses « activités sont indissociables de celles menées par la direction de la communication de la commune ». Ses salariés « sont complètement mélangés aux 27 fonctionnaires communaux » constatent les juges, constituant un pôle communication d’une dimension rare pour une ville de cette taille. La chambre demande la remunicipalisation de ses activités. La gestion d’autres associations bénéficiant de généreuses subventions est également épinglée.

Radio France
© Radio France

Où l’on reparle de Bygmalion…

Enfin, last but not least, les juges se sont intéressés à un marché « d’accompagnement et de conseil en communication » passé en janvier 2012 avec Bygmalion, la société mise en cause dans l’affaire du financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy. Les juges notent que la procédure d'appel d'offres « a cherché à favoriser l’attributaire ». Bygmalion proposait pourtant des prix largement supérieurs à ses concurrents. La chambre émet des doutes sur les conditions de passation de ce marché constatant que bizarrement, la direction de la communication n’y a pas été associée. Mais surtout, les prestations que Bygmalion prétend avoir réalisées pour la ville de Levallois sont qualifiées « d’incertaines » par les magistrats qui ont eu toutes les peines du monde à obtenir des preuves de leur réalité. La ville a payé 218029€ à cette société proche de l’UMP de l’époque pour « la mise à disposition de consultants ». Mais elle n’a pu fournir comme trace de leur intervention que de vagues diaporamas qui auraient pu être remis à n’importe quelle commune ou des documents sans objet avec le marché. Aucun compte rendu de réunion, aucun procès verbal de réception n’existant, la chambre « s’interroge sur la régularité de la passation et de l’exécution de ce marché » lancé alors que les coûts de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy commençaient à déraper. Une enquête a été ouverte en 2014, suite au dépôt d'une plainte contre X pour détournement de fonds publics, par l'association des contribuables de Levallois.

Partager sur :