Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

EXCLUSIF - Le Crous de Bourgogne-Franche-Comté sera bien implanté à Besançon

lundi 15 janvier 2018 à 17:11 Par Véronique Narboux, France Bleu Auxerre, France Bleu Besançon et France Bleu Bourgogne

Le Centre régional des œuvres universitaires et scolaires (Crous) de Bourgogne-Franche-Comté siégera bien à Besançon dès 2019. C'est le cabinet du président de la République qui en a informé Jean-Louis Fousseret, maire de Besançon. Dijon, qui était sur les rangs, n'aura pas eu gain de cause.

Le Crous de Bourgogne Franche-Comté sera bien implanté à Besançon
Le Crous de Bourgogne Franche-Comté sera bien implanté à Besançon © Maxppp - PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN

Besançon, France

L'éternelle rivalité entre Besançon et Dijon a, cette fois, tourné à l'avantage de la capitale comtoise. Le Centre régional des œuvres universitaires et scolaires (Crous) de Bourgogne-Franche-Comté siégera, comme prévu, à Besançon, à compter du 1er janvier 2019. 

Un partage des compétences après la fusion des régions

C'est Jean-Louis Fousseret, le maire de Besançon, qui annonce la bonne nouvelle pour sa ville. "J'ai été appelé hier par le cabinet du président de la République, indique-t-il. Mais attention, il ne s'agit pas de copinage avec Emmanuel Macron, c'est la reconnaissance de notre travail et le respect de ce qui était prévu." 

Le maire de Besançon fait référence à une sorte de "partage du gâteau" avant la fusion des régions. Marie-Guite Dufay, présidente du conseil régional de Franche-Comté et son homologue bourguignon François Patriat seraient tombés d'accord pour une juste répartition des différentes institutions sur l'ensemble de la future grande région. Avec, donc, le siège du Crous à Besançon. 

Ce choix de Besançon, la ministre de l'enseignement supérieur, Frédérique Vidal, l'a confirmé le 5 octobre 2017. Le nouveau Crous de Bourgogne-Franche-Comté qui naîtra le 1er janvier 2019 devant résulter de la fusion des deux actuels Crous de Dijon et Besançon, qui gèrent les restaurants universitaires, les prestations sociales et le logement des étudiants.  

La bataille du siège

Obtenir le siège du Crous semble donc logique aux yeux des Bisontins puisque Besançon accueille déjà les sièges du rectorat d’académie et de la Communauté universitaire d’établissement.  Mais les bourguignons ne l'entendent pas ainsi. A tel point que le 21 décembre 2017, les élus de Dijon métropole ont adopté un voeu pour demander au gouvernement d'installer le siège du Crous dans leur ville. 

Les dijonnais font valoir qu'ils accueillent 45% des étudiants de la région contre 28% pour Besançon. Ils soulignent aussi qu'Edouard Philippe a été capable de peser pour que le Crous de Normandie, initialement prévu à Caen, soit finalement installé à Rouen !  

Peine perdue pour les bourguignons. C'est finalement l’Élysée qui a joué les arbitres. Le Crous de Bourgogne Franche-Comté devrait bien siéger à Besançon d'ici un an. Cette revendication bisontine était d'ailleurs "partagée par tous les députés et sénateurs franc-comtois, quel que soit leur bord politique", souligne Jean-Louis Fousseret.