Politique

Meurthe-et-Moselle : Le maire de Saint-Max défie le maire de Nancy

Par Mathieu Barbier, France Bleu Sud Lorraine jeudi 29 septembre 2016 à 13:05

Eric Pensalfini
Eric Pensalfini © Radio France - Mathieu Barbier

La guerre des droites se poursuit dans le Grand Nancy en vue des législatives. Dans les deux circonscriptions la désunion est totale. Dernier exemple en date, la candidature d'Eric Pensalfini dans la première. Le maire de Saint-Max qui n'entend pas se laisser dicter sa conduite par le maire de Nancy

Il y a dix jours, France Bleu Lorraine vous a révélé le pacte tacite de non-agression entre les deux alliés que sont l'UDI et Les Républicains. En clair sur les six circonscriptions de Meurthe-et-Moselle, la première et la troisième étaient réservées au parti centriste. Sauf que tout explose en l'espace de 10 jours.

Premier couac, le vendredi 23 septembre. France Bleu vous révèle alors en exclusivité la candidature du maire de Laxou, le divers droite Laurent Garcia ( soutenu par certains élus UDI ) face à l'élu des Républicains, Valérie Debord. Une désunion à droite qui risque de donner un coup de main au député socialiste sortant, le maire de Tomblaine Hervé Féron.

" J'attaque pas frontalement le maire de Nancy, je lui dit qu'il y a des personnalités autour de lui, pas forcément à la mairie de sa ville, qui peuvent compter sur le territoire "

Mais voilà que dans la première les choses bougent aussi. L'élu UDI Mostafa Fourar, avec la bénédiction du maire de Nancy a annoncé lui aussi sa candidature sur France Bleu. Une annonce qui n'empêche pas le maire de Saint Max de partir lui aussi au combat. "La ville de Nancy ne peut pas être maîtresse de tout ce qui se passe sur son territoire. Je dis à Laurent Hénart qu'il suffit de regarder le nombre d'adhérents de l'UDI et des Républicains pour comprendre qui a les meilleures chances de battre la députée socialiste sortante Chaynesse Khirouni ".

Et quand il s'agit de savoir ce qu'Eric Pensalfini pense de son concurrent de l'UDI Mostafa Fourar sa réponse est limpide : " SI je m'engage vous en tirez vos conclusions. Mostafa Fourar est un candidat légitime mais pour autant la question est de savoir s'il a la légitimité au niveau d'un territoire vu son engagement récent. Être adjoint à la mairie de Nancy ce n'est pas comme être maire d'une commune, vice président de la Métropole et conseiller départemental comme le peux l'être".

Concernant la loi sur le cumul des mandats. Le maire de Saint-Max préfère botter en touche : " Il sera temps de faire un choix en temps voulu si je suis élu. Je reste farouchement opposé à cette loi".