Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Expulsions à NDDL, le député Matthieu Orphelin (LREM) s'interroge

mardi 10 avril 2018 à 9:12 Par Bertrand Pidance, France Bleu Loire Océan

Le député du Maine et Loire, Matthieu Orphelin (La République en Marche), se dit "très interrogatif" après l'expulsion, lundi, de la ferme des 100 Noms.

Matthieu Orphelin, député LREM du Maine et Loire
Matthieu Orphelin, député LREM du Maine et Loire © Maxppp - Vincent Isore

Nantes, France

"Il y avait dans cette ferme, des gens qui portent un projet agricole" souligne le député LREM qui rappelle que "le projet était là, il était connu, on savait que les gens étaient dans un bon état d'esprit". Matthieu Orphelin reconnait qu'une partie de l'opération était "nécessaire", pour nettoyer les abords de la route et pour que les gens puissent circuler à nouveau, mais le député de la majorité exprime des doutes "Je vais être clair, l'expulsion et la destruction de la ferme des 100 Noms m'interroge beaucoup".

La colère et l incompréhension des plus modérés

La Ferme des 100 Noms, située près de la départementale D 281, était l'un des lieux emblématiques de la Zad. Lundi, ses occupants ont été expulsés et leurs installations, notamment un grand hangar, ont été détruites par des engins de chantier. Cette destruction suscite une colère très vive et une incompréhension de la part de nombreux anti-aéroport, notamment les plus modérés comme l'Acipa et le collectif Copains 44, dans la mesure où des projets agricoles existaient sur ce site. Lundi matin, la préfète de Loire-Atlantique, Nicole Klein, avait affirmé que les lieux porteurs de projets agricoles ne seraient pas concernés par les destructions.