Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Face au Brexit, obtenir la nationalité "avant le désastre" pour une Basque au Royaume-Uni

mercredi 16 janvier 2019 à 5:48 Par Bixente Vrignon et Muriel Vitel, France Bleu Pays Basque

Le Parlement britannique a rejeté le plan de sortie de l'Union Européenne proposé par Theresa May. Pour les expatriés, c'est la plongée dans l'inconnue

les expatriés inquiets face à la situation
les expatriés inquiets face à la situation © Maxppp - Tim Ireland

Uhart-Cize, France

Sylvie Bidonde est originaire de Garazi, et elle est établie en Angleterre depuis 20 ans. Elle travaille à l'hôpital public de Birmingham, un emploi de fonctionnaire qui ne fournit aucune garantie en plein Brexit. Le vote du parlement britannique, qui a rejeté massivement la proposition de Theresa May mardi soir n'est pas une surprise pour elle, même si "c'est dommage, mais tout le monde s'y attendait depuis la mi-décembre.

Demande de double nationalité

L'expatriée basque explique qu'elle n'a pas attendu pour faire une demande de double nationalité "bien avant que le désastre se passe" dit-elle en référence au Brexit.  Elle ne se fait pas d'illusions, elle est quasi certaine que "ils vont changer les règles à partir du 1er avril", date fixée pour le Brexit. 

La sortie de l'Union Européenne change tout, pour les ressortissants de l'Union, "par rapport à notre liberté de mouvement, nos droits au travail", assure Sylvie Bidonde, toujours protégée pour l'instant par la législation européenne. Elle est persuadée que quelle que soit l'issue du Brexit "ça va changer dans les mois à venir".

Sylvie Bidonde: "Pour moi c'est éviter les contraintes par rapport à ma liberté de mouvement"