Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Face aux maires de Gironde, le grand oral de Gérald Darmanin

samedi 7 juillet 2018 à 14:44 Par Thomas Coignac, France Bleu Gironde

Le ministre de l'Action et des Comptes publics était à Bourg, en Gironde, ce samedi matin. Pendant deux heures il a échangé avec une cinquantaine d'élus de Gironde, dont une majorité de maires. Objectif, leur montrer les efforts du gouvernement. L'assistance a été plutôt convaincue.

Gérald Darmanin à sa sortie de la réunion.
Gérald Darmanin à sa sortie de la réunion. © Radio France - Thomas Coignac

C'était une sorte de service après-vente, ou avant vente. C'est notamment ce qu'à dit un élu du département, pendant l'une des rares prises de becs de la matinée, le comparant à un "commercial qui vient vendre des machines à laver". 

Pendant deux heures, Gérald Darmanin n'est venu parler lessive, mais de finances publiques, devant une assemblée de spécialistes, puisqu'elle était composée de maires de Gironde, et de quelques autres élus locaux. 45 minutes de présentation de l'action du gouvernement, autour des dotations accordées aux communes. Ce fut ensuite le temps des questions, 5, assez techniques, auxquelles le ministre a répondu longuement.

Une cinquantaine d'élus était présents. - Radio France
Une cinquantaine d'élus était présents. © Radio France - Thomas Coignac

"Que serait un gouvernement qui n'explique pas sa politique ?

"Que serait un gouvernement qui n'explique pas sa politique ?, se justifie Gérald Darmanin. Et puis si je ne défend pas la politique du gouvernement, en dehors des députés de La République en marche, je ne vois pas très bien qui le fera". La majorité de la discussion a tourné autour de dotations versées par l'Etat aux communes. Et là dessus, Gérald Darmanin n'a pas lâché l'affaire, répétant à plusieurs reprises que "les deux tiers des communes de la Gironde ont vu leurs dotations augmenter". Expliquant notamment à un maire qui avait vu les siennes baisser de 15%, les raisons de cette baisse. 

Il n'a pas fait de politique politicienne

La cinquantaine d'élus présents n'ont pas été extrêmement revendicatifs, mais n'ont pas non plus semblé être d'une confiance débordante. "Ça ne va pas être facile, même avec des dotations maintenues, explique le maire de Pugnac, Jean Roux. Je suis à la tête d'une des communes les plus pauvres de la Haute Gironde, donc ce ne sont pas les impôts qui vont faire augmenter le budget.". "J'ai vraiment été convaincu, dit Dider Bayard, le maire de la commune de Comps. Il n'a pas fait de politique politicienne, il a présenté une feuille de route. Je pense qu'il faut gérer sa ville autrement, en impliquant davantage la population, en passant par le bénévolat". 

Gérald Darmanin a poursuivi son déplacement en Gironde, en déjeunant avec Alain Juppé à Bordeaux.

Une trentaine de syndicalistes

A son arrivée au syndicat viticole des Côtes de Bourg, Gérald Damanin a été accueilli par des huées d'une trentaine de syndicalistes de la CGT et de FO, des salariés des finances publiques. Ils protestaient contre la fermeture des trésoreries d'Etauliers et de Saint Savin, mais aussi du transfert du recouvrement de l’impôt à St André de Cubzac à Cenon.