Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

"Faut-il interdire la présence de mineurs dans les centres de rétention ?" : Fiona Lazaar, députée LREM

mercredi 18 avril 2018 à 12:16 Par Martine Bréson, France Bleu Paris

La députée LREM, Fiona Lazaar, rapporteur du projet de loi "Asile et Immigration" était l'invitée de France Bleu Paris mercredi matin. Elle a donné son sentiment sur la présence des mineurs dans les centres de rétention. Regardez son interview à la fin de cet article.

Fiona Lazaar
Fiona Lazaar © Radio France - Martine Bréson

Paris, Île-de-France, France

Fiona Lazaar, députée LREM du Val-d'Oise, rapporteur du projet de loi "Asile et Immigration" a expliqué ce mercredi matin sur France Bleu Paris pourquoi elle pensait que cette loi était importante et elle a condamné des débats un peu trop houleux à son goût.

Elle estime que les débats autour de ce projet de loi "vont parfois un peu trop loin". Ils étaient agités mardi à l'Assemblée nationale. Pour la députée, "on peut constater qu'il y a une certaine forme de radicalisation dans les positions à notre gauche comme à notre droite où on entend d'une part que le texte serait trop laxiste, d'autre part que le texte serait trop ferme. C'est normal que nous ayons ces débats ... mais parfois je pense que ça va un peu trop loin".

Une réflexion est en cours sur la présence des mineurs dans les centres de rétention

"Le ministre de l'Intérieur s'est engagé à rénover les centres de rétention administrative", rappelle la députée. L'accueil des mineurs "est un point qui pose question". 

Au cours d'une visite d'un centre de rétention, Fiona Lazaar avoue qu'elle a été choquée quand elle a rencontré une famille et elle se pose la question :"Faut-il interdire la présence de mineurs dans les centres de rétention? Les débats sont en cours. Il faut savoir que les familles sont retenues vraiment en dernier recours", précise-t-elle" 

Elle pense que "les enfants n'ont pas leur place dans les centres de rétention mais il faut qu'on arrive à trouver des solutions qui permettent quand même d'aller au bout des procédures".

"On n'est pas prêts à répondre au problème des mineurs en centres de rétention" - Fiona Lazaar 

"Aujourd'hui on n'est pas prêt pour dire qu'il faut interdire la présence de mineurs en centres de rétention parce que ça veut dire que ces familles-là on ne peut plus les expulser. Ça veut dire que les parents restent dans les centres de rétention et qu'on met les mineurs ailleurs. Est-ce-que c'est ça l'intérêt de l'enfant ? Je ne suis pas sûre donc, aujourd'hui, il y a beaucoup de questions qui se posent mais je crois qu'on n'est pas prêts à y répondre." explique la députée.

Elle veut un groupe de travail spécifique sur la question de la rétention des mineurs.  

Des procédures de demandes d'asile qui devraient passer de 14 à 6 mois

La députée LREM explique : "On a un certain nombre de personnes qui campent aujourd'hui porte de la Chapelle, une situation qui n'est pas acceptable. A côté de cela, on a des procédures de demande d'asile qui vont jusqu'à 14 mois, une durée qui est excessive". Diminuer la durée des procédures pourrait régler un certain nombre de problèmes, estime Fiona Lazaar. Elle rappelle que le président Macron s'était engagé pendant sa campagne à réduire par deux ces délais donc elle souhaite que cela se fasse à travers ce texte et qu'on arrive à 6 mois pour le traitement d'une demande d'asile. 

Plus de campements sauvages : c'est l'objectif à terme" - Fiona Lazaar

Face aux installations de migrants canal Saint Denis ou canal Saint Martin, la députée explique qu'elle "pense qu'il faut prendre le problème à la racine. Il y a eu 100 mille demandes d'asile en 2017. Réduire la durée des procédures de 14 à 6 mois, ça va libérer des places. Ça va permettre de redonner des places à des personnes qui en ont besoin. Plus de campements sauvages, c'est l'objectif à terme. Est-ce-que cette loi seule va le permettre? Je pense que ce serait très ambitieux de le dire mais, bien sûr, c'est un objectif partagé par tous".

Regardez l'interview de Fiona Lazaar :