Politique

Faute de candidat, un maire se sacrifie pour sauver sa commune

Par William Giraud, France Bleu Poitou jeudi 6 mars 2014 à 12:16 Mis à jour le jeudi 6 mars 2014 à 16:15

Les candidats de toutes les villes sont pour la première fois obligés de se déclarer en préfecture
Les candidats de toutes les villes sont pour la première fois obligés de se déclarer en préfecture © Maxppp

Alors que le dépôt des candidatures se termine ce jeudi soir, il n'y a aucune liste à Saint-Christophe-sur-Roc, près de Niort, dans les Deux-Sèvres. Le maire va donc finalement repartir pour un mandat. Malgré lui.

Il devait ne pas se représenter. Mais il a finalement changé d'avis. Mercredi, à 24 heures de la fin du dépôt des candidatures, Claude Bonnin, 76 ans, maire de Saint-Christophe-sur-Roc, près de Niort, a reçu un coup de téléphone de la préfecture. L'échange n'a pas duré longtemps. Le temps pour que l'édile comprenne qu'aucune liste n'était déposée dans son village de 600 habitants. Et que si la situation n'évoluait pas d'ici jeudi 18h, la commune serait placée sous tutelle. Avec des personnes extérieures en charge de l'administration du village.

Etre maire : un "sacrifice"

Une étape que "n'envisage pas " le maire sortant. Car le risque est réel de voir à terme le village rattaché à une commune voisine si aucun administré ne souhaite prendre sa relève. Il va donc repartir. Un "sacrifice " car pour l'élu, la fonction de maire est un "sacerdoce " qui implique une énergie totale et une disponibilité de tous les instants.

14 co-listiers trouvés

Le premier magistrat pensait pourtant avoir senti une opposition naître au sein du conseil municipal en septembre dernier avec, potentiellement, des candidats pour prendre sa succession. Il n'en est rien. Il a donc dû monter une liste à toute vitesse, trouver 14 co-listiers et les convaincre de se présenter en préfecture. C'est donc chose faite ce jeudi soir. "Saint-Christophe est sauvé", a déclaré Claude Bonnin après le dépôt de sa liste en préfecture.