Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Femme tuée à Bordeaux : "nous n'avons pas su détecter ce qu'elle vivait"

-
Par , France Bleu Gironde

L'enquête se poursuit à Bordeaux pour ce qui ressemble fort au 124ème féminicide depuis le début de l'année en France. Son ex-conjoint reste activement recherché. Pour Alexandra Siarri, l'adjointe au maire de Bordeaux, ce cas démontre qu'il faut accélérer les procédures et la prise en charge.

Alexandra Siarri deuxième adjointe au maire de Bordeaux, en charge de la ville de demain, de la cohésion sociale et territoriale
Alexandra Siarri deuxième adjointe au maire de Bordeaux, en charge de la ville de demain, de la cohésion sociale et territoriale © Radio France - Stéphanie Brossard

Bordeaux, France

L'ex-conjoint de la femme découverte tuée d'un coup de couteau lundi dans le quartier du grand parc à Bordeaux, est ce mercredi matin, toujours recherché par la police. Le parquet de Bordeaux a confirmé que le couple était séparé depuis deux ans et que cette mère de famille avait porté plainte pour violences conjugales en avril, et qu'il devait comparaître pour ces faits en janvier prochain devant le tribunal de Bordeaux.

Alexandra Siarri, la deuxième adjointe au maire de Bordeaux en charge de la cohésion sociale et territoriale, déplore que les services sociaux n'aient pas détecté la situation de détresse dans laquelle se trouvait cette femme, qui venait de déménager dans le quartier. Elle estime aussi qu'il y a "tout un travail à faire pour que ces femmes qui donnent l'alerte, soient entendues : des délais à raccourcir, et tout un travail à faire aussi avec les professionnels qui doivent percevoir ce qui se passe. Dans ce cas précis, nous n'avons pas vu, manifestement. Nous ne connaissions pas son histoire. Nous n'avons pas su détecter ce qu'elle vivait".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu