Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Femu… senza u PNC

lundi 3 décembre 2018 à 11:17 Par Hélène Battini et Maxime Becmeur, France Bleu RCFM

La première assemblée générale du parti nationaliste Femu A Corsica s'est tenue ce dimanche à Corte. Près de 1 200 militants étaient présents pour élire l'exécutif du parti et voter les statuts juridiques et administratifs. Grands absents, les membres du Partitu di a Nazione Corsa.

Près de 1 200 militants étaient présents pour élire l'exécutif du parti et voter les statuts juridiques et administratifs.
Près de 1 200 militants étaient présents pour élire l'exécutif du parti et voter les statuts juridiques et administratifs. © Radio France - Maxime Becmeur

Corse, France

Cette assemblée générale de Femu a Corsica fait suite au congrès constitutif d'octobre 2017, lors duquel les militants de Femu, d'A Chjama et du PNC s'étaient promis de se fédérer et de créer un grand parti de gouvernement. Comme prévu et comme l'avait annoncé la semaine dernière Jean-Christophe Angelini, la plupart des membres historiques du PNC étaient absents ce dimanche. « Mieux vaut renforcer la grande union nationaliste de Pè a Corsica », avait-il déclaré. Dans son discours Gilles Simeoni, lui, a exprimé des regrets et affirmé que la porte resterait ouverte.

Un air de campagne électorale

A la tribune, le président de l'exécutif, Gilles Simeoni, a été le premier à prendre la parole : « L’enjeu de l’assemblée générale aujourd’hui de femu a corsica est de construire l’outil qui va nous permettre de convaincre, innover, former transmettre et à la fin de _gagner_. »

Que faut-il entrevoir à travers cette volonté jusqu'au-boutiste de création du parti ? Faut-il y voir une mise en ordre de marche, déjà, pour les prochaines élections territoriales ? Pour Gilles Simeoni, non, il s'agissait surtout de répondre à un engagement vis-à-vis de la base militante. « Au-delà de nos fondamentaux les Corses nous ont aussi élus pour être engagés dans la gestion de problèmes lourds, la situation économique et sociale, la lutte contre la précarité, la cherté du carburant, la question des déchets, des infrastructures, le numérique, le développement durable, de l’intérieur et des zones de montagne. Avoir un parti fort sur le terrain c’est un élément important, très favorable et nouveau dans l’équation. »

De nouvelles têtes...

Sans surprise, c'est Jean-Félix Acquaviva, le député de la seconde circonscription de Haute-Corse, qui a été désigné secrétaire national de Femu. A l'exécutif du parti, on retrouve quelques élus comme Mattea Lacave ou Paul-Jo Caitucoli et puis de jeunes militants comme par exemple François Martinetti, 28 ans. Une nouvelle tête, promue au poste de vice-secrétaire du parti et censé représenter le renouveau du nationalisme. « Cette jeunesse qui prend des responsabilités, je crois en ce parti fortement et qu’on puisse surtout être un parti de combat pour appuyer notre majorité. »

Autour de l'absence du PNC, c'est un regret général qui s'exprime et auquel réfléchit Paul-Jo Caitucoli : « La proposition que je ferai c’est une « cuurdinazione di l’unione pè a Corsica », qui permettra de poursuivre, la porte est grande ouverte pour tous ceux qui veulent venir construire dans cette dynamique »

Jean-Félix Acquaviva secrétaire général du parti Femu A Corsica.  - Radio France
Jean-Félix Acquaviva secrétaire général du parti Femu A Corsica. © Radio France - Maxime Becmeur

L'invité de la rédaction ce lundi à 7h50 sur RCFM, était donc Jean-Félix Acquaviva. Le député de la seconde circonscription de Haute-Corse a été élu ce dimanche à Corte au poste de secrétaire général du parti Femu A Corsica. Quels enjeux ? Quels intérêts politiques ? Que retenir du divorce avec le PNC ? Jean-Félix Acquaviva, chef de file de ce nouveau parti, répond aux questions de Maxime Becmeur.