Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Fermeture des "commerces non-essentiels" : les élus manchois montent au créneau

-
Par , France Bleu Cotentin

Depuis le début du confinement, la polémique enfle au sujet de la fermeture des commerces classés "non-essentiels". Plusieurs élus manchois alertent les autorités pour défendre "les commerces de proximité".

Gel hydroalcoolique à l'entrée du commerce Librairie Ryst à Cherbourg (Manche Normandie) pour lutter contre le covid-19
Gel hydroalcoolique à l'entrée du commerce Librairie Ryst à Cherbourg (Manche Normandie) pour lutter contre le covid-19 © Radio France - Anthony Raimbault

Dans la Manche, la distinction entre commerces essentiels et non-essentiels continue de faire jaser. Plusieurs communes - Barneville-Carteret, Montebourg et Picauville - ont décidé de prendre un arrêté autorisant les magasins de proximité à ouvrir, au nom de l'égalité de traitement. Ce samedi soir, la préfecture de la Manche a annoncé le déferrement du maire de Barneville-Carteret devant le tribunal administratif. "Cet arrêté étant manifestement illégal car pris par une autorité incompétente", explique le représentant de l'Etat dans le département. 

Lettres au Premier ministre

Mais depuis les annonces du chef de l'Etat et du Premier ministre, les élus haussent le ton pour défendre "la proximité". "_La colère monte ! la colère gronde_. Il ne s’agit pas de remettre en cause le confinement. Mais d’étudier de plus près ses modalités", explique le député Les Républicains de la Manche Philippe Gosselin. Il a décidé d'écrire au Premier ministre Jean Castex sur la situation des commerces de centre-ville. Le maire de Cherbourg-en-Cotentin, le socialiste Benoît Arrivé, membre de l'association des métropoles et grandes villes France urbaine, a également signé une lettre adressée au chef du gouvernement pour mettre fin à "l'inégalité de traitement" entre grandes surfaces et commerce de proximité. 

"Ne laissons pas l’e-commerce et les grandes surfaces détourner les ventes : protégeons nos commerces de détail", commente de son côté le sénateur Les Républicains Philippe Bas sur son compte twitter. Le Manchois se félicite du vote "à l'unanimité" vendredi au Sénat d'un amendement au projet de loi sur l'état d'urgence sanitaire. Il prévoit que les préfets, quand les conditions sanitaires sont remplies, puissent autoriser l'ouverture des magasins de détail non-alimentaires pendant le confinement.  Selon l'élu, cela permettrait de "ne pas pénaliser le maillage des commerces locaux nécessaires à l'équilibre de la ruralité". Le texte va désormais passer devant l’Assemblée nationale en début de semaine. 

On ouvre des autoroutes à Amazon et à la grande distribution alors que des centaines de commerçants de mon département notamment, sont en train de s'asphyxier, et vont, pour reprendre les termes de certains, "crever sur place" - Philippe Gosselin, député LR de la Manche

"Tout le monde est perdant"

Une question qui s'est cristallisée autour du sort des librairies. "La solution n'était sans doute pas que la Fnac ferme, comme cela est désormais fait, ses rayons livres, mais que les petits libraires puissent continuer à ouvrir ! C'est le principe qu'il faut avoir en tête pour d'autres commerces non-alimentaires", explique Philippe Gosselin, dans sa lettre au Premier ministre. "Le dernier revirement du gouvernement décrétant la fermeture temporaire des rayons livres et culture des grandes surfaces et des Fnac rend finalement tout le monde perdant, libraires indépendants en tête évidemment", ajoute de son côté le président du conseil départemental de la Manche Marc Lefèvre dans une lettre adressée au patron de l'Assemblée des départements de France (ADF). "On marche sur la tête ! Le bon sens aurait été de rouvrir les librairies", conclut le patron de l'agglo du Cotentin, David Margueritte. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess