Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Fête foraine : le courrier de Le Foll qui scandalise les usagers de l'aéroport du Mans

-
Par , France Bleu Maine
Le Mans, France

La fête foraine du Mans aura-t-elle lieu zone du panorama en mars ? Les usagers de l'aéroport redoutent une nouvelle fermeture de leur outil de travail. Leurs craintes ont été ravivées par un courrier du maire Stéphane Le Foll envoyé aux forains et dont ils ont pris connaissance.

Les usagers de l'aéroport du Mans sont en train de monter une association pour défendre leurs intérêts
Les usagers de l'aéroport du Mans sont en train de monter une association pour défendre leurs intérêts © Radio France - Alice Kachaner

Les forains ont trouvé un allié inattendu dans leur combat face à la mairie du Mans : les usagers de l'aéroport. Leur point commun : la zone du Panorama, située juste derrière. C'est l'endroit même où la municipalité souhaite installer les forains depuis les échauffourées de mars 2018

Mais cette solution ne satisfait ni les forains, pour des raisons économiques, ni les entreprises d'aviation, associations et pilotes amateurs qui redoutent la nouvelle fermeture de leur aéroport, comme en décembre dernier, si de hauts manèges sont dressés à proximité.

Le courrier qui met le feu aux poudres

Les craintes des usagers de l’aéroport ont été ravivées par un document signé par le maire du Mans, Stéphane Le Foll.  Dans cet e-mail envoyé en octobre dernier et que France Bleu Maine s'est procuré, la mairie certifie aux forains que la fête aura bien lieu zone du Panorama, et ce, quelles que soient les conséquences pour l'aéroport : que cela entraîne sa fermeture ou non par l'aviation civile (DGAC).  

Les manèges de plus de 16 mètres évoqués dans ce mail posent problème car ils percent le plan de servitude de l'aéroport du Mans - Aucun(e)
Les manèges de plus de 16 mètres évoqués dans ce mail posent problème car ils percent le plan de servitude de l'aéroport du Mans - DR

On se sent négligés

Autant dire que du côté des usagers de l'aéroport, ce courrier a choqué. "Je trouve cela révoltant, à l'heure actuelle, cela signifie que l'aéroport n'est absolument pas considéré dans sa vie propre, on se sent négligés", regrette David Morin, le co-gérant d'Air Bleu ULM. Fermer l'aéroport pendant la fête forain équivaudrait en effet à priver les usagers de leur outil de travail pendant plus de six semaines par an.

Une association pour se protéger et attaquer en justice si nécessaire 

Pour protéger leurs intérêts, plus de quarante entités de l'aéroport, clubs d'aviation, entreprises, pilotes amateurs, créent en ce moment une association dont l'assemblée générale constitutive se tiendra le 31 janvier 2020. "Elle aura pour but de fédérer et protéger. Nous poursuivrons qui nous devons poursuivre en fonction des événements qui peuvent arriver", insiste David Morin qui envisage d'éventuelles poursuites judiciaires contre l'organisateur de la fête foraine, donc la mairie, mais aussi contre les propriétaires des manèges. 

"Les forains et les usagers de l'aéroport ont des intérêts en commun" - David Morin, le co-gérant d'Air Bleu ULM

Éviter une nouvelle situation de crise

Le temps presse, la fête foraine doit avoir lieu en mars, et les forains affirment n'avoir reçu aucune autorisation de placement zone du Panorama

Pour éviter une telle situation de crise et coordonner leurs actions, Frédéric Mayeur, du comité de défense des forains explique qu'un dialogue s'est noué avec les usagers de l'aéroport : "On n'a pas du tout envie d'attendre le dernier moment et une décision de justice. On veut préparer en amont, c'est pour cette raison qu'on s'est rapprochés des gens de l'aérodrome."

Autres temps, autres normes?

La zone du Panorama a déjà hébergé la fête foraine par le passé, sans que cela ne crée autant de complications. Une première fois entre 2009 et 2014, pendant les travaux du théâtre des Quinconces en centre-ville. A l'époque, les manèges dépassaient déjà, pour certains, les hauteurs autorisées par la DGAC. "Mon manège, le Dragon, mesure dix mètres de haut et il était installé dans une zone où, en théorie, aucun édifice ne doit atteindre plus de quatre mètres de haut", atteste Frédéric Mayeur.

L'administration a pu fermer les yeux à une époque

Pourtant, cela n'avait entraîné ni polémique ni fermeture de l'aéroport se souvient David Morin, le patron Air Bleu ULM : "Je pense qu'au niveau administratif, il y a eu des yeux à demi-fermés, ou totalement fermés à cette époque, ce qui avait nécessité quelques aménagements.

Le plan de servitude de l'aéroport du Mans risque d'être percé par les manèges de la fête foraine - Radio France
Le plan de servitude de l'aéroport du Mans risque d'être percé par les manèges de la fête foraine © Radio France - Alice Kachaner

"Bidouillage" à la tour de contrôle

Quatre ans plus tard, en octobre 2018, ces aménagements consistent à employer un agent de l'aéroport pendant toute la durée de la fête foraine. Il est posté nuit et jour dans la tour de contrôle pendant les horaires d'ouverture de la fête (jusqu'à 1 heure du matin le week-end). Il doit ainsi assurer la sécurité des vols, guider les pilotes, et surtout signaler les obstacles, en l’occurrence, un "booster", un manège qui mesure 38 mètres de haut. 

Une solution de bric et broc selon le forain, Frédéric Mayeur : "Ce n'est que du bidouillage cette affaire de la tour de contrôle, si c'était une solution claire et sereine, elle serait de nouveau appliquée!"

L'exploitant de l'aéroport, la chambre de commerce et d'industrie, n'a pas souhaité nous révéler le coût de cette surveillance accrue. Contactée à plusieurs reprises, la mairie du Mans n'a pas donné suite à nos sollicitations.

Des réunions techniques en cours au sujet de l'aéroport

Selon la DGAC, des réunions techniques pilotées par la préfecture sont en cours. Il serait notamment question du plan de servitude de l'aéroport du Mans, c'est-à-dire des pentes nécessaires pour un décollage et un atterrissage en toute sécurité. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu