Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Fillon : les militants LR de Seine-Maritime très divisés

samedi 4 mars 2017 à 16:58 Par Kevin Boderau, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Les militants et quelques élus de Droite se sont réunis ce samedi matin à la permanence Les Républicains de Rouen. Une manière pour chacun d'exprimer ses positions dans une période de très fortes turbulences. Il en ressort une vraie fracture.

Le 02 mars François Fillon annonce qu'il maintient sa candidature malgré une probable future mise en examen
Le 02 mars François Fillon annonce qu'il maintient sa candidature malgré une probable future mise en examen © Maxppp - Quentin Veuillet

Seine-Maritime, France

A 50 jours d'une élection présidentielle les divergences entre les militants d'un même parti n'ont jamais semblé aussi profonde. Après une heure de réunion à la permanence de la rue de la Haute Vieille Tour de Rouen où chacun à pu s'exprimer sereinement, tous, presque, s'accordent à penser que leur candidat est victime d'un acharnement depuis le début de cette affaire. Mais sur la suite des événements, les positions sont très divers.

"Il faut quitter le navire avant qu'il ne soit trop tard, il n'est plus possible aujourd'hui de faire campagne pour François Fillon" - Kevin, jeune militant qui tracte à Paris et Rouen.

Pour Kevin, jeune militant de 23 ans qui tracte sur les marchés la situation n'est plus tenable : "Les gens ne nous suivent plus ils nous réclament un plan B (...) on se prend des tracts dans la figure, on se fait moquer et même parfois insulter. Ce n'est plus possible de faire campagne avec un tel niveau de violence".

Odile, qui se définit comme sympathisante, maintient sa confiance à François Fillon : "Moi, je pense qu'on veut l'abattre et comme beaucoup de Français ne savent pas encore pour qui ils vont voter, quand ils vont voir un homme qui tient, ils vont le suivre"

"Innocent ou pas ce n'est pas à nous de juger mais il devait respecter sa parole" - Bruno Lair, conseiller national Les Républicains

D'autres comme Romain Delgorgue, responsable adjoint des jeunes Les Républicains de Seine-Maritime, ont des positions moins tranchées : "si jamais un candidat est amené à le remplacer, je le suivrais aussi, c'est pour ma famille que je fais campagne et pas uniquement pour François Fillon"

Les élus de Seine-Maritime ont bien écouté les différents avis de leurs militants et vont les faire remonter vers les instances. Les figures du parti qu'aimerait voir se positionner de façon claire Jonas Haddad, candidat aux élections législatives sur le rive gauche de Rouen : "Si dans 48 heures, nous n'avons pas pris une décision, le point de non-retour sera atteint, donc moi, j'en appel aux grands leaders. Qu'ils se réunissent et trouvent une solution."

Militants et élus vont suivre avec beaucoup d'attention l'ampleur du rassemblement de soutien à François Fillon dimanche après-midi à Paris.