Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Fillon sort l'artillerie lourde pour attaquer Sarkozy

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Dans un entretien publié par Valeurs Actuelles ce mercredi, l'ancien Premier ministre s'estime "mieux placé" que Nicolas Sarkozy dans la perspective de l'élection présidentielle de 2017. Il adresse également de vives critiques à l'égard de l'ex-chef de l'Etat.

François Fillon et Nicolas Sarkozy
François Fillon et Nicolas Sarkozy © Maxppp

Alors que les observateurs de la vie politique estiment que le non-lieu prononcé à l'égard de Nicolas Sarkozy dans l'affaire Bettencourt lui laisse le champ libre pour un éventuel recours en politique, François Fillon a visiblement décidé de passer à la vitesse supérieure. Dans un entretien à Valeurs Actuelles rendu public mardi, l'ancien locataire de Matignon s'en prend frontalement à Nicolas Sarkozy et tape dur.

"Si je ne pensais pas être mieux placé, je ne serais pas candidat"

Il commence par réaffirmer clairement ses ambitions et juge que le contexte lui est favorable. "Aujourd'hui, je crois que je suis mieux placé que Nicolas Sarkozy pour l'emporter en 2017. Si je ne le pensais pas, je ne serais pas candidat", affirme-t-il. Une décision prise "au soir de la défaite", le 6 mai 2012, alors que François Hollande est élu président de la République.

Droit d'inventaire sévère

Puis il livre sa conception de la vie politique, en adressant des piques acerbes envers l'ancien chef de l'Etat. La défaite de 2012 ? "Quand on perd une élection, il est impossible de dire qu'on a fait une bonne campagne (...) On a le devoir d'en analyser les raisons. On est obligé de se remettre en cause, sinon, c'est un bras d'honneur aux Français".La peopolisation ? "Je ne suis pas né en pensant que la présidence de la République était mon destin, et je suis d'ailleurs choqué que l'on puisse raisonner de cette manière. Pour moi, la vie politique, ce n'est pas un spectacle. Un homme politique n'est pas une star, ses convictions et sa détermination ne se mesurent pas au nombre de ses émissions télévisées".

"La vie politique n'est pas un spectacle, un homme politique n'est pas une star"

Le programme politique ?  "Moi, en 2007, j'ai totalement soutenu Sarkozy, mais cela ne veut pas dire que son projet était totalement le mien. Il était le leader, mais sur beaucoup de sujets, j'aurais aimé faire les choses différemment, notamment sur la dette, les déficits, les finances publiques".La publication de cette interview a provoqué une petite polémique entre l'hebdomadaire et l'entourage de François Fillon. Valeurs Actuelles a en effet reconnu avoir publié une partie du "off", car l'ancien Premier ministre aurait rompu un accord d'exclusivité en accordant un autre entretien au JDD ce week-end. François Fillon n'a cependant pas démenti ses propos.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess