Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Fin du Grand débat : "il est impératif qu'il y ait des réponses" pour Sophie-Beaudouin Hubière, Députée de Haute-Vienne

vendredi 15 mars 2019 à 10:24 Par Alain Ginestet et Jérôme Edant, France Bleu Limousin

Le Grand débat national se termine aujourd'hui par des Conférences régionales de synthèse. Celle qui concerne le Limousin se tient à Poitiers. Que retenir de ce débat ? Sophie Beaudouin-Hubière, Députée LREM de Haute-Vienne était ce vendredi l'invitée de France Bleu Limousin à 8h15.

Sophie-Beaudouin Hubière, Députée de Haute-Vienne, dans l'hémicycle de l'Assemblée Nationale
Sophie-Beaudouin Hubière, Députée de Haute-Vienne, dans l'hémicycle de l'Assemblée Nationale © Maxppp - Christophe Morin

Limoges, France

Le Grand débat national se termine aujourd'hui par des Conférences régionales de synthèse. Celle qui concerne le Limousin se tient à Poitiers. Que retenir de ce débat ? Sophie Beaudouin-Hubière, Députée LREM de Haute-Vienne était ce vendredi l'invitée de Jérôme Edant sur France Bleu Limousin à 8h15. 

Utiles ou pas utiles ces deux mois de débats dans nos territoires ?

Très, très utiles. C'était un moyen d'aller à la rencontre des citoyens et de répondre à leur besoin de se faire entendre. Ils ont un vrai besoin de parler, d'être regardés, d'être écoutés. La justice fiscale et la fracture territoriale remontent très forts de notre territoire, ce qui me semble normal. Ce qui intéresse les citoyens aussi, c'est d'avoir beaucoup de transparence parce qu'il ne comprennent pas où vont leurs impôts et taxes. Les gens disent - je veux bien payer une taxe, et notamment sur l'écologie, si je sais où ça va et ce que cela finance -. Sur la fracture territoriale, ce sont essentiellement les problèmes de mobilité, et le fait que les politiques décidées à Paris sont difficiles à comprendre sur nos territoires et qu'on devrait pouvoir faire de la différenciation territoriale, c'est très attendu.

Peut-il maintenant y avoir de réelles réponses, est-ce que c'est quitte ou double pour votre majorité si ces attentes sont déçus ?

Il est impératif qu'il y ait des réponses. Il va y avoir d'ici le 15 avril le diagnostic, mais ensuite il faudra que ça se transforme en propositions, notamment de la part du gouvernement et le projet de la loi de finances de fin d'année sera aussi un bel exercice pour ce faire, puisqu'il y a énormément de demandes sur la fiscalité. Et puis, le mouvement LREM doit aussi prendre ses responsabilités et faire des propositions de loi sur des sujets particuliers,  pour peser sur le gouvernement car je pense qu'énormément de choses se passeront au niveau du budget, tout de même.

Le budget 2020 sera voté dans 8 mois, ça fait long vues les attentes que vous avez entendues sur les territoires ?

Vous avez raison, cela peut paraître long. Mais ces échanges nous ont aussi permis de parler du processus législatif et du temps long que cela implique. Cela a permis de se faire comprendre. Cela a aussi permis d'entendre cette impatience.