Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales en Savoie : comment les candidats financent-ils leur campagne ?

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

La campagne des municipales bat son plein. Tracts sur les marchés, programmes dans les boites aux lettres, déplacements, réunion publique. Tout ça a un coût. Et les règles de financement dépendent de la taille des communes. Exemples concrets avec des candidats en Savoie.

Tractage sur le marché de La Ravoire (Savoie) à quelques semaines des municipales
Tractage sur le marché de La Ravoire (Savoie) à quelques semaines des municipales © Radio France

Trouver de l'argent pour financer sa campagne , ça veut dire pour beaucoup de candidats commencer par mettre la main à la poche. Comme Valérie Rougeron, candidate sur la liste La République en marche à Albertville. "J'ai donné 1.000 euros, défiscalisés à 60 %. Et si vous faites plus de 5%, vous êtes remboursés". Des dons qui ne peuvent pas dépasser 4.600 euros par personne. Les partis politiques peuvent participer mais ils sont interdits pour les entreprises ou associations. 

Comment les candidats aux municipales financent leur campagne électorale : exemples en Savoie

L'état rembourse la moitié dans les villes de plus de 9000 habitants 

Et le remboursement de l'Etat, c’est seulement la moitié des dépenses. Et uniquement dans les villes qui dépassent les 9.000 habitants.  Et dans ces commune, il y a montant limite. Un plafond à ne pas dépasser qui est calculé en fonction de la population. En résumé, impossible de dépenser sans compter. Laurent Graziano est le candidat de la gauche à Albertville : "Le plafond est d'environ 26.000 euros à Albertville, l'Etat rembourse à hauteur de 13.000 euros. Donc nos dépenses de campagnes se calent sur ce plafond et éventuellement quelques dons en plus. On n'ira pas au delà.

1100 euros pour couvrir 11.186 boîtes au lettres

Une fois les caisses plus ou moins remplies, l'argent il sert surtout à communiquer. L'une des grosses dépenses d'Esman Ergul, candidat La République en marche à Albertville, c'est l'envoi des programmes chez tous les habitants : "Nous avons à peu près 11.186 boîtes aux lettres, la facture s'élève à 1.100 euros." 

L'impression des  programmes et la distribution, c'est aussi la principale dépense de campagne dans les plus petites villes. Comme à La Ravoire, près de Chambéry. La ville est juste sous la limite des 9.000 habitants donc pas de remboursement  Pour la liste de rassemblement des gauches et des écologistes de Viviane Coquillaud, on économise notamment sur les timbres : "On a mis en place un circuit de distribution depuis le début de la campagne avec les bénévoles et les colistiers. On couvre toute la commune en deux ou trois jours". 

Et à La Ravoire comme pour la plupart des listes dans les petites villes, pas question de passer par une agence de communication pour la campagne en ligne. Le site internet a été créé par un des colistiers et les réseaux sociaux sont gérés en interne.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess