Politique

Finances de la Région : Alain Rousset estime que Ségolène Royal "n'a pas dû apprendre à compter dans la même école"

Par Stéphanie Brossard, France Bleu Creuse, France Bleu Gironde, France Bleu La Rochelle, France Bleu Limousin, France Bleu Périgord et France Bleu Poitou lundi 19 décembre 2016 à 4:00

Alain Rousset
Alain Rousset © Maxppp - Maxppp

Les 183 élus de la Nouvelle Aquitaine se réunissent ce lundi à Bordeaux. Il sera longuement question du rapport de la Chambre Régionale des Comptes sur la gestion de l'ex-Poitou-Charentes de Ségolène Royal. Pour Alain Rousset, elle "n'a pas dû apprendre à compter à la même école" que lui.

C'est un rapport qui n'aurait dû être public que ce lundi, à l'ouverture de la session pléniaire du conseil régional de la Nouvelle Aquitaine. Il largement fuité dans la presse après les déclarations de Ségolène Royal ex-présidente de Poitou-Charentes de 2004 à 2014 qui avait estimé que le texte "valide sa gestion, que le trou dans les caisses n'existe pas" et qu'il "faut qu'Alain Rousset arrête de mentir". Déclaration que n'a pas du tout aimé le président de la Nouvelle Aquitaine.

"Un champ de mines, une bombe en puissance"

"On est sur un champ de mines" selon Alain Rousset. "On a 172 millions d'euros d'emprunts structurés dont 46 qui sont très dangereux" a ajouté vendredi lors d'une conférence de presse le président de la Nouvelle Aquitaine. Pour lui, Ségolène Royal "a un aplomb incroyable" en affirmant que sa gestion a été validée. "Elle n'a pas dû aller dans la même école pour apprendre à lire et à compter. Elle n'a pas dû lire le rapport de la Chambre Régionale des Comptes".

Alain Rousset estime également qu'il a "fait la transparence sur un système que personne n'avait mis au jour avant lui". Il entend maintenant et dès cette session à Bordeaux, "retrouver de la marge de manœuvre, avec un endettement contenu, un investissement remonté et un auto-financement retrouvé". Le menu des deux jours de séance s'annonce "copieux" et sans doute électrique pour commencer avec l'exposé dans le détail des chiffres de la Chambre Régionale des Comptes.

"Déminer les emprunts toxiques"

C'est maintenant un cabinet spécialisé qui doit aider la région "à déminer ces emprunts toxiques". Alain Rousset étudie aussi les possibilités de réaménagement de la dette auprès des banques. La Nouvelle Région demande l'aide de l'Etat et la réouverture du Fonds de soutien à l'investissement local qui accompagne les collectivités ayant contracté des emprunts toxiques.