Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

VIDÉO - "Les conditions de vie des militaires et de leurs familles sont absolument essentielles", déclare Florence Parly

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

La ministre des Armées, Florence Parly, était l'invitée de France Bleu Occitanie ce jeudi. Elle a promis un plan d'un milliard d'euros entre 2019 et 2025 pour l'hébergement des militaires, alors qu'elle doit rendre visite au 3e RPIMa de Carcassonne en fin de matinée.

Florence Parly, la ministre des Armées, dans les locaux de France Bleu Occitanie
Florence Parly, la ministre des Armées, dans les locaux de France Bleu Occitanie © Radio France - France Bleu Occitanie

Toulouse, France

La ministre des Armées, Florence Parly, était l'invitée de France Bleu Occitanie ce jeudi 17 octobre à 8h15. Elle est ensuite attendue au 3e régiment parachutiste d'infanterie de marine (RPIMa) de Carcassonne en fin de matinée. Sur France Bleu, elle annonce un plan d'1 milliard d'euros d'ici 2025 pour améliorer les conditions d'hébergement des soldats, alors qu'environ 20.000 personnels civils et militaires de la défense sont présents en Occitanie.

France Bleu Occitanie : Est-ce que des décisions ont été prises hier conseil des ministres franco-allemand pour rapprocher les deux pays ?

Florence Parly, ministre des Armées : D'abord je voudrais remercier les Toulousains car je sais que ça a été compliqué au niveau de la circulation ! Sinon, oui nous avons avancé lors de ce conseil. Nous travaillons depuis deux ans sur une Europe de la défense. Et pour qu'elle soit concrète, il faut des projets industriels pour préparer les équipements militaires de la 2e moitié du XXIe siècle et ces équipements nous les voulons européens, car la souveraineté européenne est importante. Nous avons avancé sur un projet d'avion de combat, le successeur du Rafale. C'est plus qu'un avion, c'est un avion qui va communiquer avec des avions, des drones, c'est un avion de nouvelle génération. Nous en avons besoin dès 2038. Et en 2026, nous voulons un démonstrateur capable de voler.

Les liens avec l'Allemagne sont essentiels ?

Aucun pays ne peut s'engager seul, la compétition est mondiale. Nos industries n'ont pas toujours la taille critique pour assumer seul ces très grands projets. Avoir des projets en commun avec notre partenaire allemand c'est à l'image de notre projet pour l'Europe, qui est porté sur nos liens avec l'Allemagne.

Vous allez lancer le projet de rénovation du 3e RPIMa, comment allez-vous améliorer le logement des soldats ?

En investissant. Auparavant, nous avons du faire des choix, au détriment de l'hébergement des soldats, mais c'est terminé. Nous allons investir 1 milliard d'euros entre 2019 et 2025 pour rénover 20.000 lits. L'objectif c'est pas plus de quatre par chambre. Dans certains cas, nous allons rénover les casernes, dans d'autres cas nous allons construire. Je vais inaugurer une centaine de lits à Carcassonne (les militaires seront à présent quatre par chambre et non plus huit, ndlr).

Il ne faut pas qu'il y ait plus de quatre militaires par chambre - Florence Parly, ministre des Armées

Pour vous ce n'est pas un détail ?

C'est essentiel, c'est le premier chapitre de la loi de programmation militaire. Les conditions de vie des militaires et de leurs familles sont essentiels. (...) On a insuffisamment traité les conditions de vie des militaires et de leurs familles mais le plan famille que je porte est destiné à prendre en compte aussi l'absence du militaire pour que ses proches vivent dans de bonnes conditions. Comment on gère les déménagements récurrents par exemple.

Concernant l'offensive de la Turquie contre les Kurdes, au nord-est de la Syrie. Comment allez vous protéger les militaires français sur place alors que les Américains ont décidé de se retirer ?

Nous allons les mettre en sécurité, mais je ne peux pas vous donner les détails, vous le comprenez bien. Ce qui est sûr, c'est que cette attaque unialtérale de la Turquie crée des conditions dramatiques. Nous avons condamné vigoureusement cette attaque. Maintenant il faut pouvoir reprendre la lutte contre Daesh. Le risque c'est que la Turquie ait créé un boulevard pour que Daesh renaisse de ses cendres. Daesh a frappé notre pays et nous voulons reprendre ce combat, nous voulons que la coalition internationale puisse continuer à agir et nous voulons empêcher que ces années de combat ne soient ruinées. 

Combien de djihadistes se sont échappés ces derniers jours ?

Il y a quelques sites où il y a des départs. Ceux qui sont venus sur le territoire syrien ou irakien pour aider Daesh vont sûrement reprendre le combat.

Sait-on où ce commandement de l'espace sera implanté à Toulouse ? 

Nous voulons une armée de l'air et de l'espace. Le CNES est l'opérateur spatial des armées, il pilote nos satellites militaires. Ce commandement comprend 220 personnes depuis début septembre, nous voulons les implanter à proximité du CNES. Nous avons déjà quelques personnes au CNES mais ce commandement va monter en puissance au fil des mois. Nous allons recruter et redéployer du personnel pour avoir plus de 220 personnes. Nos satellites peuvent être menacés dans l'espace, il faut donc les protéger.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu