Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Florent Gougou, politologue, décrypte la candidature d'Eric Piolle à la primaire des Verts

-
Par , , France Bleu Isère

Invité de la matinale de ce mercredi 30 juin, Florent Gougou, politologue spécialiste de la gauche et de l'écologie politique et enseignant-chercheur à Sciences-Po Grenoble. Il analyse la candidature du maire de Grenoble, Eric Piolle, à la primaire d'Europe Ecologie Les Verts pour la présidentielle.

Bonjour Florent Gougou, Eric Piolle est donc enfin déclaré candidat à cette primaire écologiste pour la présidentielle. C'était un secret de polichinelle. Est-ce que ça change quelque chose pour lui ?

Florent Gougou - Pour lui, ça change surtout le fait de devoir se préparer encore plus fermement à être sous le feu des médias, à devoir répondre à des interviews ou à devoir expliquer le sens de sa candidature. Jusque-là, il pouvait se préparer dans son coin, préparer son programme, désormais il va falloir l'assumer publiquement et médiatiquement. 

Et peut être gagner en notoriété ? Parce que par rapport à Yannick Jadot, qui avait été chef de file des élections Européennes il y a deux ans, on voit bien qu'Eric Piolle a ce déficit-là. 

Florent Gougou - Oui, c'est son principal enjeu actuellement. Un peu le même enjeu que celui qu'il a eu à affronter à Grenoble en 2014. Et on avait bien vu comment est-ce que, l'entre deux tours de l'élection municipale avait déjà permis à gagner en notoriété avec son résultat du premier tour. Aujourd'hui, c'est le même enjeu qui est face à lui. Yannick Jadot a été tête de liste pour Europe Ecologie Les Verts aux Européennes de 2019. Il a pu avoir son nom sur les bulletins de vote, sur les tracts électoraux, sur les affiches de campagne. Et donc, les électeurs, les électrices ont pu voir son visage, son nom. Eric Piolle aujourd'hui, il est seulement le maire de Grenoble et donc il a sa notoriété ici aussi. Il a son nom aussi, qui a percé aussi au niveau national avec la vague écologiste des municipales de 2020. On a pu le voir accompagné beaucoup de nouveaux maires écologistes . Mais la campagne pour la primaire dira à quel point il arrivera à devenir cette figure nationale qu'il doit devenir s'il veut être un prétendant sérieux pour l'élection présidentielle. 

Alors, la présidentielle, dans notre système politique, c'est le combat suprême en France. Pour l'instant, on n'est donc qu'à l'étape de la primaire. C'est ça l'enjeu pour lui. Elle a lieu en septembre. Il a quel espace politique ? On le dit plus radical, peut-être tenant d'une écologie plus "gauchisée" que Yannick Jadot. Quel espace politique s'ouvre à lui ? 

Florent Gougou - Moins que l'espace politique, moi ce que je vois surtout c'est la clarté du système d'alliances qu'il peut proposer. Autant Yannick Jadot j'ai l'impression qu'il tergiverse sur comment est-ce que  l'écologie politique pourrait gouverner. Autant, Eric Piolle est très clair là-dessus et c'est la formule qu'il propose à Grenoble. L'écologie politique, si elle doit gouverner avec Eric Piolle, elle gouvernera à gauche et pas avec un autre système d'alliance. 

Jadot pourrait s'allier jusqu'avec des centristes au-delà du clivage gauche-droite. Alors que Eric Piolle, lui, est clairement, comme il fait ici, très à gauche.

Florent Gougou - Je ne peux pas me prononcer sur ce que pourrait faire Yannick Jadot parce que lui-même n'est pas très clair là-dessus. C'est plutôt la clarté d'Eric Piolle ce point de vue-là qui est, de mon point de vue actuellement, sa force.  

Est-ce qu'il a l'épaisseur, le cuir assez épais ? Eric Piolle, parce que maintenant, ça va cogner. 

Florent Gougou - Impossible de répondre à cette question-là en fait. Une campagne présidentielle, c'est une chose unique, qui dure longtemps, qui est physiquement éprouvante et dans laquelle il faut être préparé à prendre des coups qu'on ne peut pas anticiper. Mais on disait la même chose d'Eric Piolle avant les municipales de 2014 à Grenoble, est-il suffisamment armé pour pouvoir gouverner la ville. Mais ce n'est pas la même échelle. 

À Grenoble, il se vante d'avoir construit cet arc humaniste qui va, on va dire, de l'aile gauche du PS jusqu'aux insoumis, en passant par des écolos modérés et des écolos plus radicaux. Est-ce que ça peut être ça, son plan ? L'étape d'après, c'est gagner la primaire écolo et après, essayer de rassembler la gauche parce que s'il y a cinq candidatures de gauche, ça marchera pas.  

Florent Gougou - C'est le seul plan possible. S'il veut parvenir à se qualifier pour le second tour de l'élection présidentielle et donc être en cela un candidat crédible pour gouverner et c'est bien ça qu'il veut, il veut gouverner, il ne veut pas autre chose. Donc la voie, c'est qu'il y ait un minimum de candidats de gauche pour pouvoir parvenir au second tour de la présidentielle. 

Et les Grenoblois dans tout ça ? Est ce qu'ils vont se sentir abandonnés ou plutôt fiers ? 

Vous allez leur demander ! 

On leur a demandé et on des avis très divergents. Mais effectivement, est-ce que ça peut apporter quelque chose, un éclairage sur la ville de Grenoble ou pas tellement ? 

Florent Gougou - L'enjeu principal, c'est de savoir comment est-ce que la succession d'Eric Piolle pourra être préparée au sein de la municipalité de Grenoble. Parce que ce qui est certain, c'est que s'il va se présenter pour l'élection présidentielle, il ne pourra plus exercer les fonctions de maire de la même façon que s'il était seulement resté maire de Grenoble. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess