Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Fonctionnaires : "le gouvernement crée des tensions entre public et privé"

mercredi 27 mars 2019 à 8:48 Par Anthony Raimbault, France Bleu Cotentin

Alors que le gouvernement présente ce mercredi sa réforme de la fonction publique, un rapport fustige le temps de travail des fonctionnaires. Ils seraient 30% à travailler moins de 35 heures par semaine.

Sandrine Gamblin, sécrétaire adjointe du syndicat FO 50
Sandrine Gamblin, sécrétaire adjointe du syndicat FO 50 © Radio France - Anthony Raimbault

Le projet de loi sur la fonction publique  est présenté ce mercredi en Conseil des ministres.  Le texte prévoit une refonte des instances de dialogue social, un recours élargi aux contractuels ou encore un pont entre public et privé...  Quelques heures plus tôt, l'Inspection générale des finances fustigeait dans un rapport ces fonctionnaires (30%) qui travaillent moins de 35 heures par semaine. 

Sandrine Gamblin, secrétaire adjointe du syndicat FO dans la Manche, est l'invitée de France Bleu Cotentin. 

Des fonctionnaires qui travaillent moins de 35 heures par semaine, ça vous choque ? 

Pas vraiment. Moi-même j’en fais partie. La pénibilité des services nécessite de récupérer des heures. Moi par exemple je suis infirmière de nuit. J’alterne le jour, la nuit, un dimanche sur deux, les jours fériés et j’assure la continuité de service parque ce que je suis fonctionnaire. 

"Il y a des accords dans des entreprises privées qui permettent la même chose"

Le rapport pointe surtout du doigt ces fonctionnaires qui ne sont pas concernés par la pénibilité au travail. Vous comprenez que ça puisse choquer des salariés qui travaillent plus de 35 heures voir plus ? 

Je comprends, mais après ce rapport n’a pas été remis aux organisations syndicales. Nous n’avons pas pu l’étudier dans le détail. En plus, ça tombe comme par hasard le jour où on nous présente une réforme de la fonction publique. Encore une fois, le gouvernement crée des tensions entre public et privé. Il y a des accords dans des entreprises privées qui permettent la même chose, des salariés qui ne font pas 35 heures. Il y a quand même 5,5 millions de fonctionnaires en France. Bon nombre d’entre eux assurent le service public. Il faudrait plus regarder ce service-là plutôt que le cas par cas. 

"Comment va-t-on assurer l’égalité de traitement en France ?"

Est-ce que certains avantages dans la fonction publique doivent-être supprimés ? Êtes-vous prêts à faire des concessions ? 

Déjà, il faut qu’on nous présente ce rapport. Il faut aussi que le gouvernement joue le jeu de la négociation avec les fonctionnaires.  Ils essaient d’appliquer maintenant la loi travail sur les fonctionnaires. Il est paradoxal ce gouvernement : il y a quelques temps, ils ont passé la loi Macron en force en disant qu’il faut négocier localement. Et là, le gouvernement dénonce certains accords qui ont été faits par exemple à l’échelle de commune ou de département. 

Le gouvernement veut supprimer 120.000 postes d'ici 2022. On ne peut pas faire au moins aussi bien, voire mieux avec moins de fonctionnaires aujourd’hui ? 

Aux usagers de le dire. Dans la Manche, un département étendu avec beaucoup de petites communes, des personnes âgées, je pense qu’il y a un soutien de la population. On n’arrive déjà pas à maintenir certains services. Si on supprime du personnel supplémentaire, comment va-t-on assurer l’égalité de traitement en France ?