Politique

France Bleu Gironde en campagne à la Réole : entre sinistrose et optimisme

Par Stéphanie Brossard, France Bleu Gironde jeudi 20 avril 2017 à 19:28

La coeur de la Réole entre Langon et Marmande
La coeur de la Réole entre Langon et Marmande © Radio France -

FRANCE BLEU GIRONDE EN CAMPAGNE : notre série 10 jours - 10 communes dans le département avant le premier tour de la présidentielle, se termine à la Réole, où sinistrose et volonté de l'avant, s'affrontent dans le discours des 4000 habitants de la cité médiévale.

La Réole, 4000 habitants, est un village labellisé "art et d'histoire", avec son ancien monastère des bénédictins, son hôtel de ville du 12e siècle, ses rues pavées, ses maisons à colombages, et le pont de Rouergue pour traverser la Garonne. Voilà pour la carte postale et le tourisme, tempérée par le discours négatif relayé par certains habitants.

Le pont de Rouergue sur la Garonne à la Réole - Radio France
Le pont de Rouergue sur la Garonne à la Réole © Radio France -

"Village mort" selon Marie

Au bar le Gypsy, la jolie photo touristique, est démolie par Marie, une quarantenaire qui a toujours vécu ici.

La Réole est une ville morte. Les commerces ferment. Et c'est un aussi un peu le dépotoir de Bordeaux pour une certaine population qui fait la bagarre ou qui passe ses journées à traîner à la fenêtre

Discours de sinistrose tenu également devant le cinéma le Rex, par Rosa-Maria, une ouvrière agricole portugaise arrivée en Gironde à l'âge de 17 ans. Elle voit son joli village dépérir. Sentiment partagé par Maurice, 84 ans, qui a choisi d'y passer sa retraite il y a 20 ans, après avoir vécu 54 ans à Bègles. Il le regrette presque aujourd'hui.

C'est très joli mais c'est pauvre. Il faut baisser les loyers des commerces pour ne pas les perdre tous dans les prochaines années

La pauvreté, le chômage, les trafics de drogue jusque sur le pas de porte des commerces de la rue pavée Armand Caduc, sont une réalité. Mais la Réole n'est pas un village mourant, rongé par la délinquance ! Il ne faut pas exagérer selon Astrid, une trentenaire Bordelaise, venue y monter un magasin pour les petits.

La Réole n'est pas Chicago. Il y a des trafics et incivilités mais comme partout. On a quand même une vie tranquille dans un petite ville agréable, il ne faut pas l'oublier

"On peut faire bouger les choses" pour Chantal l'ex-enseignante devenue libraire

Le côté positif de la Réole, ce sont, par exemple, ces jeunes Bordelais qui viennent acheter, à la Réole, à la campagne, pour bénéficier de prix de l'immobilier plus attractif, et qui profitent des 13 TER quotidiens ou de l'Autoroute pour aller travailler. Chantal veut aussi aller de l'avant. Ancienne enseignante retraitée de Créteil, elle a monté la librairie "La folie en fête", il y a 3 mois. Et ça marche.

Mon ambition est modestement de faire bouger la commune, même si je ne suis pas Mollat ! Pour moi, la vraie fracture aujourd'hui est culturelle. Il faut travailler à changer cela dès l'école. On va par exemple créer un prix littéraire avec le lycée.

Un programme "citoyen" dit-elle à quelques heures du premier tour de la présidentielle.