Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

A un an des municipales, le maire d’Épernay Franck Leroy ne part pas encore en campagne

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Champagne-Ardenne

A un peu moins d'un an des élections municipales, le maire d’Épernay Franck Leroy était l'invité de France Bleu Champagne-Ardenne ce vendredi 10 mai. S'il refuse toujours d'évoquer la campagne à venir, il a dressé un bilan de son mandat.

Franck Leroy dans les studios de France Bleu Champagne Ardenne, ce vendredi.
Franck Leroy dans les studios de France Bleu Champagne Ardenne, ce vendredi. © Radio France - Thomas Coignac

Épernay, France

"Je ne vous le dirai pas aujourd'hui, a répondu Franck Leroy, lorsque nous lui avons demandé, ce vendredi matin, s'il serait candidat pour un cinquième mandat de maire d’Épernay. "Si je réponds à la question, je rentre dans un cycle politique, quelque soit ma position, qui vient contrecarrer ma mission première : être au service de mes concitoyens". A un an des élections municipales, le maire (divers droite) de la 3ème ville de la Marne était l'invité de France Bleu Champagne-Ardenne ce vendredi, après, le mois dernier, Boris Ravignon, le maire de Charleville-Mézières.

"Cette année, je fais face à la plus grosse année budgétaire que je n'aie jamais affronté, a-t-il justifié. C'est quelque chose qui m'occupe du matin au soir. Pour autant, je me poserai la question le moment venu et les Sparnaciens seront sans doute les premiers à le savoir."

Le maire d'Epernay a évidemment défendu son bilan, revendiquant des progrès notamment sur l'écologie, en évoquant le système d'autopartage lancé en décembre 2017, qu'il qualifie de "formidable succès" avec 236 abonnés. "Ce point n'a pas attiré d'hostilité de notre part, bien au contraire, abonde Jean-Paul Angers, élu municipal divers gauche d'opposition. Par contre, en matière de développement durable, je considère que la politique menée est insuffisante, pointe-t-il. Il dit qu'il ne faut pas d'écologie punitive, mais la punition, nous la transmettons à la génération suivante". 

Épernay a encore perdu 1 000 habitants depuis le début du mandat, regrette l'opposant Jean-Paul Angers

Léger désaccord aussi sur le logement : "Épernay a encore perdu 1 000 habitants depuis le début du mandat, regrette Jean-Paul Angers. Nous pensons que ça tient à une fiscalité élevée, et à un manque d'attractivité économique. Il faut qu’Épernay s'engage sur le terrain de la diversité économique, notamment sur l'industrie de demain". 

De son côté, Franck Leroy s'est aussi réjouit des progrès sur la démocratie, avec le budget participatif, "une grande réussite". Et le maire d'Epernay s'est réjouit de la venue du le Tour de France en juillet : "ça coûte 250 000 euros tout compris, mais ça rapporte beaucoup, et c'est aussi une exposition mondiale". Il s'est aussi projeté sur l'avenir, avec les projets en cours, notamment le quartier des Berges de Marne, les anciens ateliers SNCF, un projet "qu'il faut lancer pour les 20 ou 30 prochaines années, et que nos successeurs auront à porter"

Il faut passer par le dialogue social, sur l'usine de Oiry

Le maire d’Épernay s'est également exprimé sur des sujets d'actualité, parlant de "catastrophe humanitaire", au sujet du "jour du dépassement" en Europe, puisque ce vendredi, l’Europe a épuisé les ressources que la planète peut lui offrir pour toute l'année.

Le maire d’Épernay a aussi évoqué les 3.000 suppressions d'emplois chez Carrefour. Il a expliqué qu'il avait écrit au PDG du groupe de grande distribution, pour savoir si le magasin Carrefour d’Épernay était concerné par les fermetures. Il a aussi évoqué un autre dossier d'actualité, sur lequel il est particulièrement concerné, en tant que président de l'agglomération d’Épernay :  la grève à l'usine de production de verre Verallia à Oiry. La CGT s'inquiète de la disparition des acquis sociaux avec l'entrée en bourse prévue d'ici la fin de l'année. Franck Leroy se contente d'un vœu :  il faut passer par le dialogue social. 

Un soutien à La République en Marche pour les Européennes 

Pour les élections européennes, Franck Leroy a annoncé qu'il voterait pour la liste de la République en Marche, menée par Nathalie Loiseau. "Je suis européen, et c'est la liste la plus européenne, a-t-il choisi [...], s’éloignant des Républicains de François-Xavier Bellamy. Quand je vois Bellamy s'afficher avec Eric Zemmour et Philippe de Villiers, des anti-européens convaincus... Wauquiez c'est l'anti-Juppé. Moi j'ai soutenu Juppé, et tout le monde sait que Juppé soutient Macron."