Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Franck Louvrier, le vice-président LR des Pays-de-la-Loire, réaffirme son soutien à François Fillon

jeudi 2 mars 2017 à 9:17 Par Marion Fersing, France Bleu Loire Océan

Au lendemain de la déclaration de François Fillon sur le maintient de sa candidature malgré sa probable mise en examen, Franck Louvrier, le vice-président LR des Pays-de-la-Loire lui réaffirme son soutien.

Franck Louvrier
Franck Louvrier © Maxppp -

Loire-Atlantique, France

Il fait partie de ceux qui ont décidé de continuer à soutenir François Fillon. L'ancien Premier ministre a annoncé qu'il restait candidat à la présidentielle malgré sa convocation en vue d'une probable mise en examen le 15 mars et même si, il y a quelques semaines il avait promis le contraire. Résultat, les premières défections dans son propre camp : son directeur de campagne, Bruno Le Maire également ou encore Georges Fenech, le député du Rhône, qui appelle carrément les élus à parrainer Alain Juppé ! Mais ce n'est pas le choix de Franck Louvrier. Le vice-président Les Républicains des Pays-de-la-Loire, conseiller municipal de La Baule et ancien conseiller en communication de Nicolas Sarkozy réaffirme son soutien à François Fillon.

Il est le seul à pouvoir obtenir une majorité absolue sur un programme qui répond à la situation dramatique de notre pays

"Ce n'est pas un fanatisme de candidature, c'est un devoir envers nos concitoyens", le maintient de cette candidature, pour Franck Louvrier. "La décision qu'il a prise de continuer le combat lui appartient en son âme et conscience. Moi, je continue de soutenir François Fillon parce qu'il est le seul à pouvoir obtenir une majorité absolue sur un programme réel, chiffré, qui a mes yeux est le seul à pouvoir répondre à la situation dramatique de notre pays". Pour Franck Louvier, à 50 jours de la présidentielle, le "pitoyable climat politique" ne fabrique que des abstentionnistes et favorise les votes extrêmes. Il estime que François Fillon est victimes "d'une espèce de deux poids, deux mesures", que les principes fondamentaux de présomption d'innocence et de secret de l'instruction ne sont pas respectés.

Il faut parler du fond et pas seulement des supputations sur tel ou tel acte

À propos des désistements, de ceux qui ont choisi de quitter le navire de François Fillon, ce ne sont que les aléas de la campagne pour Franck Louvrier. Ce qu'il regrette surtout, c'est que cette affaire d'emplois fictifs occulte le fond et les propositions de son candidat. "C'est pour ça qu'il fait bien de s'adresser à Dieu plutôt qu'à ses saints, de s'en remettre directement aux Français. C'est tout à fait respectable". Des électeurs pour certains écœurés, pour d'autres complètement perdus avec cette affaire. "Justement parce qu'à un certain moment, il faut parler du fond et pas seulement des supputations sur tel ou tel acte".

François Fillon a également le soutien de la fédération Les Républicains de Loire-Atlantique

Pour Franck Louvrier, pour relancer la campagne, il faut maintenant "prendre des initiatives", comme la mobilisation de soutient au Trocadéro à Paris dimanche ou commencer à dévoiler l'équipe gouvernementale qui serait nommé si François Fillon est élu président.

Chez nous, c'est aussi la fédération Les Républicains de Loire-Atlantique qui réaffirme son soutien à François Fillon, "le seul candidat dont le programme et la stature permettront de relever la France" dit le communiqué signé par François Pinte, Gatien Meunier, Christophe Priou et André Triard.