Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

François Cuillandre maintient sa candidature aux municipales

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Breizh Izel, France Bleu Armorique

Le maire de Brest François Cuillandre maintient à sa candidature pour les élections municipales de mars prochain. Il a été mis en examen le 17 octobre dans l'affaire Vivre à Brest.

Le maire de Brest a choisi de maintenir sa candidature aux municipales plus de deux semaines après sa mise en examen
Le maire de Brest a choisi de maintenir sa candidature aux municipales plus de deux semaines après sa mise en examen © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Brest, France

Le maire de Brest François Cuillandre maintient sa candidature pour les élections municipales de mars 2020, après l'annonce de sa mise en examen mi-octobre dans l'affaire Vivre à Brest, pour "recel d'abus de confiance au préjudice des élus du groupe socialiste de la ville". "Cette décision je l'ai prise après une longue réflexion personnelle, familiale et collective, indique ce lundi le maire de Brest. _En aucun cas on ne parle de fonds publics, les citoyens brestois n'ont pas été lésés_. C'est une des raisons qui m'ont décidé à me représenter".

Incertitude sur l'investiture du PS

Cela faisait plus de deux semaines que son annonce était attendue. Le maire de Brest avait pris plusieurs jours pour se ressourcer et consulter ses proches sur la marche à suivre. Il était aussi suspendu à l'obtention ou non de l'investiture du Parti Socialiste : le secrétaire national Olivier Faure avait indiqué le 22 octobre qu'il se laissait quelques jours de réflexion et des discussions s'étaient engagées avec le maire de Brest. 

Le bureau national du parti n'a toujours pas rendu sa décision. _"_Je ne comprendrais pas qu'un parti qui se veut en renouvellement condamne avant la justice des personnes soupçonnées", a indiqué ce mardi le maire de Brest. Que faire si le PS ne lui accorde pas l'investiture ? "La question, on se la posera le moment venu", lâche François Cuillandre.

Mis en examen dans l'affaire "Vivre à Brest"

Le maire de Brest a été entendu pendant sept heures par la juge d'instruction chargée du dossier "Vivre à Brest", sur un montant de 46.000 euros. Selon un premier communiqué, il lui était reproché d'avoir touché 4.000 euros non justifiés de la part de l'association en 2012. Il s'agissait selon la mairie d'un remboursement des avances sur les frais de campagne effectués par François Cuillandre pour les élections municipales de 2008. "Cette somme je l'ai empruntée dans l'urgence avec l'engagement de rembourser dès que possible, explique François Cuillandre. Ensuite, je l'avoue, j'ai manqué de vigilance"

L'association Vivre à Brest était par ailleurs au cœur d'un système de redistribution des indemnités des adjoints de la majorité socialiste depuis les années 1980 : elles étaient mises en commun avant d'être réparties auprès de ceux ayant les plus faibles revenus. Le dispositif est devenu illégal il y quelques années. François Cuillandre affirme qu'il avait arrêté d'y prendre dès qu'il est devenu maire en 2001. Il indique qu'il a apporté avant cela "près de 100.000 euros d'indemnités qu’il n’a donc pas perçues, entre 1989 et 2001 à ce dispositif de mutualisation solidaire", lorsqu'il était adjoint.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu