Politique

François Fillon aurait bénéficié de fonds publics détournés au Sénat

Par Germain Arrigoni, France Bleu Maine et France Bleu samedi 28 janvier 2017 à 20:54 Mis à jour le dimanche 29 janvier 2017 à 15:27

François Fillon
François Fillon © AFP - Thomas SAMSON

Mediapart et le JDD ont révélé ce samedi soir que François Fillon aurait empoché une partie des crédits réservés à la rémunération des assistants à l'époque où il était sénateur grâce à un système de commissions occultes.

Nouveau coup dur pour François Fillon après l'affaire Penelope ? Selon Mediapart, lorsqu’il était sénateur, l'actuel candidat du parti Les Républicains à l'élection présidentielle aurait empoché une partie des crédits théoriquement réservés à la rémunération d’assistants grâce à un système de commissions occultes.

Des sénateurs déjà mis en examen

Le site d'investigation révèle qu'une information judiciaire est en cours sur ces pratiques, visant plusieurs sénateurs du groupe Les Républicains - UMP à l'époque - qui viennent "d’être mis en examen pour 'recel de détournements de fonds publics'". François Fillon, lui, n'est pas visé par cette enquête car il était sénateur de 2005 à 2007, et les faits étudiés par les enquêteurs sont postérieurs à 2009.

Médiapart s'appuie sur des "témoignages et documents comptables" selon lesquels François Fillon a profité de ce "mécanisme clandestin de captation de fonds publics" lorsqu'il était sénateur entre 2005 et 2007.

A LIRE AUSSI : Les enfants de François Fillon n'étaient pas encore avocats quand il les a fait travailler au Sénat

Il aurait bénéficié d'au moins 21.000 euros

Des sommes siphonnées entre 2005 et 2007 et qui ne dépassent sûrement pas les 25.000 euros mais les juges d'instruction ont estimé que ce stratagème pouvait relever d'une infraction pénale.

En clair, le journal explique qu'au lieu de laisser le "trop plein" d'argent dont bénéficiaient les parlementaires pour financer leurs assistants personnels dans les caisses du Sénat, ils le déléguaient à leur "groupe politique". Une méthode tout à fait légale, sauf que entre 2003 et 2014, les sénateurs UMP "récupéraient en douce" un tiers du crédit qu'ils délivraient au groupe.

Le Journal du dimanche (JDD) affirme qu'entre 2005 et 2007, quand il était sénateur UMP de la Sarthe, "François Fillon a perçu sept chèques à son nom", un par trimestre, pour "un montant total de l'ordre de 21.000 euros" correspondant à des "reliquats de crédits d'assistants".

Contacté dimanche matin par l'AFP, l'entourage de François Fillon a dit qu'il ne faisait "aucun commentaire sur une affaire judiciaire en cours". De son côté, le député Les Républicains Eric Ciotti a déclaré sur franceinfo que cette affaire des caisses occultes du Sénat "ne concerne ni directement ni personnellement François Fillon".

A LIRE AUSSI