Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

"François Fillon doit demander à Alain Juppé de prendre sa place" affirme un proche du maire de Bordeaux

vendredi 3 mars 2017 à 9:21 Par Yves Maugue, France Bleu Gironde

Franck Raynal est le maire Les Républicains de Pessac, dans l'agglomération bordelaise et vice-président de Bordeaux Métropole. Il affirme ce vendredi sur France Bleu Gironde avoir envoyé son parrainage pour la Présidentielle au nom d'Alain Juppé et réclame un retrait de François Fillon.

En 2014, Franck Raynal avait reçu François Fillon à Pessac.
En 2014, Franck Raynal avait reçu François Fillon à Pessac. - © Maxppp

Pessac, France

France Bleu Gironde : Pourquoi renoncez-vous à soutenir François Fillon ?

Franck Raynal : Lorsque François Fillon a annoncé mercredi qu'il serait candidat même s'il était mis en examen et qu'il s'attendait à être mis en examen le 15 mars, j'ai estimé qu'il y avait là un manquement à la parole donnée. Et donc un problème de cohérence entre la parole tenue il y a quelques semaines qui avait été très forte et l'action qu'il annonçait de rester candidat à la présidentielle.

Vous appelez Alain Juppé au secours et vous lui donnez votre parrainage ?

C'est ce que j'ai fait. Alain Juppé était arrivé en deuxième position de la primaire. Un autre candidat serait arrivé second, je l'aurais parrainé.

De quelle légitimité pourrait disposer Alain Juppé face aux électeurs qui n'avaient pas voté pour lui ?

Les électeurs de la primaire n'avaient pas imaginé que l'on se retrouverait dans cette tourmente. Au soir de la primaire, François Fillon avait une légitimité considérable. Cela lui donnait une grande force et une quasi-certitude de victoire si la campagne était menée sur les mêmes bases. Malheureusement, le tableau a considérablement changé. François Fillon a mis son camp en difficulté en annonçant son retrait en cas de mise en examen puis en disant l'inverse mercredi.

Franck Raynal invité de France Bleu Gironde

S'il se maintient, vous ne ferait pas campagne pour lui et vous vous concentrerez sur les législatives ?

Si c'est le cas, ce que je n'espère pas, la campagne sera de toutes façons très difficile. Depuis un mois et encore plus depuis quelques jours, on croise des personnes proches de notre parti Les Républicains qui nous disent ne pas comprendre l'attitude de François Fillon et qui estiment que l'on va vers une défaite annoncée. Mon attitude est simplement dictée par mon attachement à la parole donnée et par mon souhait d'avoir une candidature forte à la Présidentielle. François Fillon n'est plus aujourd'hui en capacité de pouvoir porter cette candidature.

François Fillon veut portant tenir bon. Qu'est-ce qui pourrait l'amener à renoncer ?

Le fait d'écouter le pays, écouter ceux qui ne se reconnaissent plus dans cette candidature qui ne peut plus nous amener à la victoire. Avec tous les doutes qui s'expriment notamment en termes de parrainages d'Alain Juppé, il verra bien que nous avons besoin d'un nouveau souffle. Simplement, c'est lui qui détient la clé. C'est à lui de demander à Alain Juppé de prendre la place qu'il a légitimement gagné lors de la primaire.

►►► A lire aussi : Les proches d'Alain Juppé quittent le navire Fillon