Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

François Fillon gagne la primaire : les réactions en Moselle

lundi 28 novembre 2016 à 2:33 Par Lucas Valdenaire, France Bleu Lorraine Nord

François Fillon sera bien le candidat de la droite et du centre pour la présidentielle de 2017. L'ancien Premier ministre a largement remporté le second tour de la primaire avec 67% des voix contre Alain Juppé. En Moselle, la tendance est la même. Et les réactions politiques se succèdent.

François Fillon est arrivé largement en tête en Moselle
François Fillon est arrivé largement en tête en Moselle © Maxppp - Thomas Padilla

Metz, France

"C'est une vague qui a brisé tous les scénarios écrits d'avance", a lancé François Fillon dans son allocution, quelques minutes après l'annonce des résultats : 67% pour l'ancien Premier ministre contre Alain Juppé. François Fillon est le vainqueur de la primaire de la droite et du centre après le second tour de ce dimanche.

En Moselle, les résultats sont connus dans 164 bureaux de vote sur 171 au total et le succès national se confirme dans le même ordre de grandeur. La participation est également en hausse, comme partout en France, par rapport au premier tour.

Le changement, c'est lui ?

Du côté des politiques, beaucoup de réactions avec notamment celle de Florian Philippot. Le conseiller régional FN du Grand-Est, rappelle que François Fillon a été à Matignon pendant cinq ans et que son bilan ne plaide pas en sa faveur :

François Fillon a été Premier ministre de la première à la dernière heure sous Nicolas Sarkozy et la réalité de son bilan : on a largué la souveraineté française, on n'a rien fait pour rétablir les frontières. Alors forcément, les propos de campagne, ça ne pèse plus rien !

Florian Philippot, conseiller régional FN du Grand-Est

Mais à ce sujet, François Grosdidier défend le gagnant de cette primaire. Selon le sénateur-maire LR de Woippy, le changement, c'est bien François Fillon :

Les Français veulent la rupture avec Hollande ! François Fillon fera moins prévaloir le verbe que l'action, et c'est ce qui permettra de réconcilier les Français avec la politique.

François Grosdidier, sénateur-maire LR de Woippy

François Grosdidier, soutien initial d'Alain Juppé, a donc décidé de se ranger derrière François Fillon. Une étape indispensable pour rassembler les troupes avant le 1er tour de l'élection présidentielle, dans 5 mois presque jour pour jour : le 23 avril 2017.

Demandez le programme !

De son côté, Julien Freyburger a soutenu François Fillon. Le maire de Maizières-les-Metz et conseiller départemental de la Moselle, est forcément satisfait du résultat. Il veut maintenant défendre le programme de son candidat :

Les Français en ont marre qu'on leur raconte des bobards, François Fillon dit les choses avec honnêteté. Il faudra travailler un peu plus et dépenser un peu moins. Donc il faudra faire des efforts. On peut les faire en maintenant une solidarité nationale. Mais on n'a pas le droit de tourner autour du pot et la France peut supporter la vérité.

Julien Freyburger, maire de Maizières-les-Metz et conseiller départemental

Le patron du parti en Moselle Patrick Thil était le président de la commission départementale de la primaire en Moselle. Il explique maintenant que malgré le positionnement très conservateur de François Fillon pendant cette campagne, il saura rassembler les Français :

La preuve est faite que pour rassembler, il faut d'abord rassembler son camp. Je rappelle que François Fillon est un gaulliste social et je pense qu'il va développer ces thèmes là pour le rassemblement des Français. Oui il faut travailler plus, oui il faut redresser les finances publiques, oui il faut défendre les valeurs familiales.

Patrick Thil, le patron de Les Républicains en Moselle

La députée PS et conseillère régionale Paola Zanetti dénonce, quant à elle, un programme très à droite. Elle rappelle également qu'il n'y a rien de nouveau à l'horizon :

Il nous a servi les même solutions qu'aujourd'hui et pour autant la situation ne s'est pas améliorée au moment où il gérait le pays. Aujourd'hui, il faut des solutions novatrices. Et je crois que la primaire de la droite n'a pas réglé ce problème.

Place maintenant à une autre primaire, celle de la gauche. Ce sera le 22 et le 29 janvier. Pour l'instant, six candidats se sont déclarés Arnaud Montebourg, Marie-Noëlle Lienemann, Benoît Hamon, Gérard Filoche, Jean-Luc Bennahmias et François de Rugy. Manuel Valls n'exclut pas sa participation et François Hollande devrait s'exprimer d'ici deux semaines.