Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

François Fillon lâché à son tour par le maire de Sainte-Marie-La-Mer dans les Pyrénées-Orientales

vendredi 3 mars 2017 à 18:56 Par Stefane Pocher, France Bleu Roussillon

Les défections se multiplient dans l'entourage du candidat à la présidentielle. Dans les Pyrénées-Orientales, le premier à dégainer est Pierre Roig, le maire "Les Républicains" de Sainte-Marie-la-Mer.

Alain Juppé ne veut pas jouer les remplaçants
Alain Juppé ne veut pas jouer les remplaçants © Radio France - Yves Maugue

Sainte Marie la Mer, Sainte-Marie, France

C'est la débandade dans l'entourage de François Fillon. Candidat coûte que coûte. Mais de plus en plus seul. François Fillon est encore un peu plus lâché par sa famille politique. Thierry Solère annonce mettre fin à ses fonctions de porte-parole du candidat. C'est lui qui avait organisé la primaire de la droite.

L'ancien ministre Dominique Bussereau jette également l'éponge. "Je ne veux pas être acteur de la descente aux enfers. Et ce n'est pas le seul

Dans les Pyrénées-Orientales, le premier à dégainer est Pierre Roig, le maire Les Républicains de Sainte-Marie-La-Mer. Il a renvoyé ce vendredi sa lettre de parrainage au Conseil d'Etat. Et il a décidé de soutenir, non pas François Fillon, mais Alain Juppé. Le maire de Bordeaux n'est pourtant pas candidat à la présidentielle.

"C'est une façon de lui dire qu'il n'est plus qualifer pour représenter notre courant" dit Pierre ROIG

J'ai pensé qu'il fallait réagir dit le maire de Sainte-Marie-la-mer. C'est bien qu'on revienne à celui qui est arrivé deuxième à la primaire. Bref Alain Juppé, dont il a défendu la candidature pendant la campagne.

"Je suis en contact avec la population. Tout le monde dit : il faut qu'il se retire. Il a fait une connerie. Il nous amène droit dans le mûr. Il faut essayer de sauver ce qui peut l'être encore dans cette présidentielle qui semblait acquise haut la main et qui se présente de plus en plus incertaine"