Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"François Fillon n'est plus en capacité de défendre son projet" pour Renaud Muselier

-
Par , France Bleu Provence
Marseille, France

Chez Les Républicains, c'est la panique en pleine affaire Penelope Fillon. Certains députés demandent à François Fillon de renoncer à la présidentielle. Pour le député européen Les Républicains Renaud Muselier, la droite va sans doute devoir trouver un plan B.

Renaud Muselier, député européen Les Républicains.
Renaud Muselier, député européen Les Républicains. © Maxppp - IP3 PRESS

François Fillon peut-il encore être candidat à l'élection présidentielle ? Les révélations s'accumulent dans l'affaire Penelope Fillon, révélée par Le Canard enchaîné.

L'épouse de François Fillon aurait reçu plus de 900 000 euros de salaires fictifs pendant 15 ans comme attachée parlementaire de son mari, et à la revue littéraire des Deux Mondes.

Chez les Républicains, en coulisse, on cherche un plan B, et certains députés demandent à François Fillon d'abandonner. Pour en parler, Renaud Muselier, député européen.

Le Canard enchaîné a révélé l'affaire du "Pénélope Gate".
Le Canard enchaîné a révélé l'affaire du "Pénélope Gate". © Maxppp - Jean-François FREY

Interview

France Bleu Provence : François Fillon doit-il abandonner et se retirer de la course à l’élection présidentielle ?

Renaud Muselier : Il y a toujours la présomption d’innocence, il subit un supplice chinois, on n’arrive pas à sortir de cette affaire. D’une élection imperdable, on se retrouve dans une situation où on est en grande difficulté. Notre famille politique se doit de se poser la question de savoir s’il continue, et si on peut repasser aux choses sérieuses qui concernent l’avenir de notre pays.

FBP : François Fillon a-t-il encore une chance de remporter la présidentielle s’il se maintient ?

RM : Je ne sais plus. Le problème c’est qu’aujourd’hui son crédit est complètement annihilé. Il n’a plus la capacité de défendre son projet, il n’a plus la capacité de défendre notre famille politique. Il est obligé de se défendre toute la journée lui. On est à moins de trois mois de l’élection présidentielle, et on voit bien que la campagne ne tourne qu’autour du problème de Pénélope Fillon. Ce n’est pas concevable pour la suite.

FBP : Poursuites judiciaires ou pas, mise en examen ou pas, le mal est fait ?

RM : Oui bien entendu, il est difficile pour un homme de défendre son projet avec ce qu’il traîne derrière lui. Ce n’est pas forcement illégal, mais sur le plan de la morale, c’est naturellement condamné par les Français. Pour quelqu’un qui combat le système, il se retrouve dans la position de quelqu’un qui en a abusé. Tout cela est condamnable sur le plan moral.

FBP : Vous lui demandez de renoncer ?

RM : On va être très vite fixé, si dans la semaine, l’affaire de ne clôture pas, ce qui m’étonnerait, il faudra que notre famille politique prenne une décision importante.

FBP : Certains députés envisagent déjà un plan B : François Baroin ou Alain Juppé. Qui pour remplacer François Fillon dans la course à la présidentielle ?

RM : Qui et comment ? Alors comment, ce n’est pas prévu dans nos statuts. Il faudra à ce moment-là, si la décision est prise, faire un congrès extraordinaire, pour que le maximum de personnes qui puissent prendre une décision. Et qui ? A mon avis les candidats de la primaire sont discrédités tous, donc on passe à une autre génération pour faire un électrochoc. Ce sont les présidents de régions qui sont susceptibles de l’être : Xavier Bertrand, Laurent Wauquiez, Christian Estrosi. Les chefs de groupes au sénat et à l’Assemblée Nationale, c’est-à-dire Bruno Retailleau et Christian Jacob. Ou le président de l’association des maires de France, François Baroin. Au final, ça va se faire entre deux ou trois noms de cette liste.

L'interview intégrale de Renaud Muselier sur France Bleu Provence

François Fillon, candidat Les Républicains à la présidentielle.
François Fillon, candidat Les Républicains à la présidentielle. © Maxppp - YOAN VALAT
Choix de la station

À venir dansDanssecondess